Sarkozy tient à préciser que "nos ancêtres" sont "les Gaulois" mais aussi "les tirailleurs sénégalais", "les tirailleurs musulmans", etc. (liste non-exhaustive)

Publié à 19h53, le 24 septembre 2016 , Modifié à 08h09, le 25 septembre 2016

Sarkozy tient à préciser que "nos ancêtres" sont "les Gaulois" mais aussi "les tirailleurs sénégalais", "les tirailleurs musulmans", etc. (liste non-exhaustive)
Nicolas Sarkozy à Perpignan © RAYMOND ROIG / AFP

Nicolas Sarkozy était à Perpignan, ce samedi 24 septembre. L'ancien président de la République a dédicacé son dernier ouvrage Tout pour la France. Il a également rendu hommage aux harkis. Et puis il a parlé, à l'occasion d'une réunion publique organisée dans la préfecture des Pyrénées-Orientales. Cinq jours après sa sortie pour le moins remarquée sur "nos ancêtres les Gaulois", le candidat à la primaire de la droite a – à nouveau – parlé de l'identité française. Il a donc répété que "nos ancêtres étaient les gaulois", ajoutant toutefois d'autres noms comme Clemenceau, Foch, Napoléon…

Il a également souligné que parmi nos ancêtres figurent "les soldats de la légion étrangère qui se battaient à Camerone et les tirailleurs sénégalais" :

Il a ajouté : 

Nos ancêtres étaient  mortes au chemin des dames lors de la Première Guerre mondiale, les tirailleurs musulmans morts à Monte Cassino.

 

Une forme de réponse aux critiques – nombreuses - nées après sa déclaration de Franconville. Ou un rétropédalage ? 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

>> Ciotti défend Sarkozy et son "nos ancêtres les Gaulois" : "Jusqu'à quand va-t-on nier les évidences ?"

>> Tony Parker répond à Nicolas Sarkozy sur "les Gaulois" : "On peut être français en venant de n'importe où"

 

[BONUS TRACK] Kékidit ?

Mais avant de parler de "nos ancêtres", Nicolas Sarkozy a prononcé une phrase. Et, on a beau la retourner dans tous les sens, on n'arrive pas DU TOUT à comprendre ce qu'a bien pu vouloir dire l'ancien chef de l'État. Cette phrase, la voici, telle qu'elle a été rapportée par le compte officiel du candidat à la primaire de la droite :

Je veux redire l'amour de la France à ceux qui sont nés du plus beau des droits d'être Français : le droit de la volonté et de la fidélité au drapeau.

 

Cette phrase semble être tellement importante que l'équipe de communication de Nicolas Sarkozy l'a isolée et diffusée au travers d'un montage :

Oui, cette phrase est importante. Sauf qu'on n'arrive pas à saisir son sens.

Voilà, on n'a pas grand chose d'autre à en dire alors on pose ça là. Mais, pour le coup, si quelqu'un peut nous aider à comprendre… 

Du rab sur le Lab

PlusPlus