On l'interroge sur le financement supposé de la campagne de Sarkozy par la Libye, Estrosi répond en parlant de... baisse d'impôt

Publié à 18h48, le 15 novembre 2016 , Modifié à 18h57, le 15 novembre 2016

On l'interroge sur le financement supposé de la campagne de Sarkozy par la Libye, Estrosi répond en parlant de... baisse d'impôt
Christian Estrosi © VALERY HACHE / AFP

GNE ? - C'est une technique éprouvée depuis des lustres en politique : lorsqu'un journaliste pose une question un tant soit peu dérangeante, l'interrogé peut à loisir répondre sur un tout autre sujet. Ni vu, ni connu. Enfin presque.

Exemple ce mardi 15 novembre. Christian Estrosi est sur BFMTV. En duplex depuis Nice où son champion Nicolas Sarkozy tient un meeting, le président de PACA est interrogé sur les nouvelles révélations de Mediapart concernant le financement supposé de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye. Dans un entretien diffusé dans la matinée, l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine assure avoir remis des valises de billets à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, entre 2006 et 2007. Questionné sur ce sujet, Christian Estrosi répond en parlant de… baisse d'impôts.

Cela vous surprend car, semble-t-il, cela n'a rien à voir avec la choucroute ? Voici l'explication. 

Après avoir répété que l'ancien Président était sans cesse attaqué avant d'être blanchi – ce qui est un tout petit peu plus compliqué – Christian Estrosi lance :

 

"

La réalité c'est que les Français veulent que les impôts baissent, là où les autres candidats aux primaires (sic) promettent une hausse de la TVA, c'est bien Nicolas Sarkozy… Et parler de baisse d'impôts, ici à Nice, nous pouvons le faire parce que voyez-vous, c'est la seule grande ville de France dont on voit que la taxe d'habitation et la taxe foncière non seulement n'ont pas monté mais ont baissé en cette année 2016 après huit années de stabilité. Donc moi je sais pourquoi je m'engage au côté de Nicolas Sarkozy parce que je sais que c'est le seul qui pourra tenir une telle promesse à laquelle je suis personnellement attaché. Les Français n'en peuvent plus de l'impôt. Et après le drame que nous avons vécu le 14 juillet dernier… [il est coupé].

"

Christian Estrosi est coupé dans sa tentative de diversion qui s'orientait a priori sur une évocation de l'attentat de Nice. Mais forcément, son esquive ne passe pas inaperçue. Le journaliste fait donc remarquer à Christian Estrosi qu'il n'y a aucun rapport entre les soupçons sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy et les promesses de baisse d'impôts. En tout cas apparemment.

Rien de grave : le premier adjoint à la mairie de Nice a un plan B. Celui-ci est encore plus simple que le premier, si simple qu'on se demande d'ailleurs pourquoi le président de PACA ne l'a pas mis en oeuvre en premier. Christian Estrosi s'en prend donc à Mediapart qui, selon l'élu, "a systématiquement énoncé des contre-vérités depuis cinq ans". On l'a connu moins regardant lorsque ces révélations concernaient, par exemple, Jérôme Cahuzac

Du rab sur le Lab

PlusPlus