ONPC : Manuel Valls prend François Mitterrand comme exemple de l'antisémitisme en France

Publié à 09h46, le 17 janvier 2016 , Modifié à 13h38, le 17 janvier 2016

ONPC : Manuel Valls prend François Mitterrand comme exemple de l'antisémitisme en France
Manuel Valls © Capture d'écran France 2
Image Sylvain Chazot


Il était tard, ce samedi 16 janvier. Nous étions même déjà dimanche lorsque Manuel Valls est entré sur le plateau d'On n'est pas couché, l'émission de Laurent Ruquier où certains politiques refusent de se rendre. Le Premier ministre, lui, n'est pas de ceux-là. Alors, poursuivant son marathon médiatique entamé après les attentats du 13 novembre, le chef du gouvernement a rejoint le plateau de France 2. Tard. Et longtemps.

Après plus d'une heure d'échange, Manuel Valls est interrogé par Yann Moix sur l'antisémitisme en France, un antisémitisme qui se fait plus présent, plus voyant, plus violent, comme l'a à nouveau illustré l'agression d'un professeur à Marseille. "Le rôle du gouvernement, c'est de protéger ceux qui portent tout signe religieux distinctif dans l'espace public, kippa, une croix, un foulard, une manière de s'habiller", assure le Premier ministre avant de refaire l'histoire de l'antisémitisme en France. Et c'est là que Manuel Valls cite en exemple… François Mitterrand.

Voici l'échange :

-          Manuel Valls : Depuis plusieurs années, on a caché ces éléments, ces 'mort aux juifs' que j'évoquais toute à l'heure, dans les rues de Paris…

-          Yann Moix : On n'avait pas vu ça depuis 1930.

-          Manuel Valls : Oui, on n'avait pas entendu cela, mais il y avait un antisémitisme, allons jusqu'au bout, il y avait un antisémitisme qui venait de l'extrême droite, traditionnel, qu'on retrouvait parfois d'ailleurs…

-          Yann Moix : Une idéologie vous voulez dire ?

-          Manuel Valls : Pas seulement une idéologie, une pratique culturelle que l'on retrouve d'ailleurs dans un épisode que nous connaissions déjà dans le livre de Jean d'Ormesson sur une remarque de François Mitterrand le dernier jour à l'Elysée.

À voir ci-dessous en vidéo :

 



Manuel Valls fait ici référence à un passage du livre Le Rapport Gabriel de Jean d'Ormesson, présent lui aussi en plateau, paru en 1999, trois ans après la disparition de François Mitterrand. Voici le passage polémique :



Beaucoup reprochent au président les liens qui l'unissent à ce personnage qui a joué un rôle important dans la collaboration avec l'Allemagne hitlérienne [René Bousquet, nldr]. François Mitterrand m'écoute sans irritation apparente. Et il me regarde. 'Vous constatez là, me dit-il, l'influence puissante et nocive du lobby juif en France'. Il y a un grand silence.

Des années plus tard, alors que le monde politique a *célébré* la semaine dernière les vingt ans de la mort de François Mitterrand, Manuel Valls, héritier assumé de Michel Rocard, prend l'ancien président de la République comme exemple des racines de l'antisémitisme à gauche.

Voilà qui ne devrait pas améliorer les relatons que le Premier ministre entretient avec l'aile gauche du PS, cette aile gauche qui, de l'avis du chef du gouvernement se perd parfois "au nom de grandes valeurs" et qui, c'est parfois la même, est en pâmoison devant la figure de l'ancien chef de l'État.

Du rab sur le Lab

PlusPlus