Où l’on apprend que Matthias Fekl (PS) a failli monter un cabinet d’avocats avec Édouard Philippe

Publié à 11h46, le 17 novembre 2017 , Modifié à 12h51, le 17 novembre 2017

Où l’on apprend que Matthias Fekl (PS) a failli monter un cabinet d’avocats avec Édouard Philippe
Édouard Philippe et Matthias Fekl. © Montage le Lab via AFP
Image Amandine Réaux


BREF – Cela paraît une éternité mais il s’est écoulé seulement un an depuis qu’Emmanuel Macron s’est porté candidat à la présidence de la République, le 16 novembre 2016. À l’époque, l’affaire Fillon n’avait pas encore été révélée, François Hollande entretenait toujours le suspense sur sa candidature et Bruno Le Roux allait devenir ministre de l’Intérieur.

Les ambitions d’Emmanuel Macron ont provoqué une déflagration à gauche. "Je me suis d’abord dit qu’il allait faire perdre la gauche", se souvient Matthias Fekl, éphémère locataire de la place Beauvau (21 mars-10 mai 2017), auprès du Figaro ce 17 novembre. Celui qui était alors considéré comme une figure montante du PS se voit alors proposer par Édouard Philippe le "projet de monter un cabinet d’avocats en droit public". Les deux hommes se sont rencontrés à l'ENA : Édouard Philippe était alors le professeur de Matthias Fekl. 

Un an plus tôt, Édouard Philippe fait partie des plus proches soutiens d’Alain Juppé, qui perdra quelques jours plus tard la primaire de la droite face à François Fillon. D’abord soutien du candidat LR, il le lâchera à cause des affaires avant de devenir Premier ministre d’Emmanuel Macron.

Le destin de son compère Matthias Fekl est moins empreint de réussite. Après une défaite aux législatives dès le premier tour, il est redevenu conseiller régional de Nouvelle Aquitaine. Le fondateur du mouvement Movida, membre de la direction collégiale du PS, s’oppose fermement à la politique de l’exécutif et a affirmé son intention de participer à la reconstruction de la gauche. Matthias Fekl précise au Lab qu'il n'a pas encore prêté serment.

Du rab sur le Lab

PlusPlus