Patrick Devedjian abandonne son siège de député en 2017 pour se consacrer au département des Hauts-de-Seine

Publié à 20h55, le 20 juin 2016 , Modifié à 18h22, le 21 juin 2016

Patrick Devedjian abandonne son siège de député en 2017 pour se consacrer au département des Hauts-de-Seine
© AFP

LR veut avoir investi tous ses candidats aux législatives d’ici au 14 juillet. Et cela est *un peu* compliqué car entre en jeu la question de la parité. Le parti, qui doit présenter davantage de femmes pour éviter une amende de 8 millions d’euros par an pour la prochaine législature, doit procéder à de savants calculs. Avec son lot de drames, comme le relatait le sénateur Roger Karoutchi.

Patrick Devedjian, 71 ans, sera l’un des rares à ne pas se représenter en 2017. Le député des Hauts-de-Seine, qui siège à l’Assemblée nationale depuis 1986, a choisi de se consacrer à son département à compter de l’an prochain, comme le révèle L’Opinion le 20 juin.

L’ancien ministre délégué à l’Industrie devrait laisser sa place à… *roulement de tambours* Georges Siffredi, son suppléant qui a siégé entre 2002 et 2005 puis entre 2009 et 2010.

Patrick Devedjian est à la tête d’un département dans lequel quasiment la totalité des villes sont dirigées par la droite. L’ancien secrétaire général de l’UMP est en train de fusionner les Hauts-de-Seine avec les Yvelines.

[EDIT 21 juin]

Comme le rapporte Le Parisien du 21 juin, tous les autres députés des Hauts-de-Seine ont été réinvestis (sauf dans la circonscription de Neuilly). On retrouvera donc Patrick Ollier, par ailleurs président du Grand Paris et député depuis 2002, Jean-Jacques Guillet, député depuis 1993, ou encore Jacques Kossowski, député depuis 1997. Sans oublier Patrick Balkany, qui en cas de victoire devra laisser la mairie de Levallois à sa première adjointe, son épouse Isabelle Balkany, conformément à la loi sur le cumul des mandats, qui entre en vigueur à partir de 2017. Le député-maire a été réinvesti malgré ses quatre mises en examen et bien que son nom soit cité dans les "Panama papers".

Du rab sur le Lab

PlusPlus