Pendant ce temps, Myriam El Khomri fait comme si elle se moquait totalement de la tribune de Martine Aubry

Publié à 06h57, le 25 février 2016 , Modifié à 06h57, le 25 février 2016

Pendant ce temps, Myriam El Khomri fait comme si elle se moquait totalement de la tribune de Martine Aubry
Myriam El Khomri © DOMINIQUE FAGET / AFP

La tribune cosignée par Martine Aubry et ses proches n'épargne personne, et surtout pas Manuel Valls. Et si les écrits ne sauraient se limiter à une simple critique de la réforme du droit du travail, ils n'épargnent pas non plus Myriam El Khomri, la ministre chargée de porter ce projet de loi.

L'intéressée fait, pour l'instant, comme si elle se moquait bien des remarques, aussi acerbes soient-elles, de Martine Aubry. Martine qui d'ailleurs ? Citée par Le Parisien mercredi 23 février, Myriam El Khomri jure qu'elle va bien et que tout va bien. En marge d'une visite de l'agence Pôle emploi de Saint-Ouen, elle dit :

"

Je ne me sens pas fragilisée. Tout le monde est libre d'écrire une tribune. J'entends. Il y a des questionnements sincères. Mais il y a aussi une confusion parfois orchestrée.

 

"

Voilà donc Martine Aubry accusée, sans être nommée, d'orchestrer la confusion. Cela ne semble pas inquiéter la ministre du Travail, qui répète aux journalistes : "Je vais très bien ! Je vais très bien !". Les questions, la ministre y répondra. Mais les règlements de compte, en revanche....

C'est donc Bruno Le Roux qui joue le rôle du bad cop dans l'histoire. Également cité par Le Parisien, le président du groupe socialiste à l'Assemblée ne cache pas sa colère contre la maire de Lille. Il lance :

"

C'est une tribune qui est faite pour introduire de la violence, qui est une posture politique. Je veux combattre point par point ce qu'ils ont mis dans leur texte.

 

"

Entre El Khomri et Le Roux, on passe donc d'un souhait de "confusion" à une envie de "violence". L'escalade fut rapide. 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB 

>> Aubrymètre : le classement des coups de gueule de Martine Aubry contre la politique du gouvernement 

Du rab sur le Lab

PlusPlus