Penelope Fillon : la droite s’interroge sur la rapidité de l’ouverture d’une enquête (et parle d’officine)

Publié à 10h32, le 26 janvier 2017 , Modifié à 10h43, le 26 janvier 2017

Penelope Fillon : la droite s’interroge sur la rapidité de l’ouverture d’une enquête (et parle d’officine)
© AFP

"Avoir un certain nombre de fiches de paie, etc., ça relève évidemment d'officines qui sont très informées, qui sont actives et qui ont un certain nombre d'accès à des informations encore une fois particulières." Signé Bruno Retailleau, bras droit de François Fillon, sur Europe 1. "Ce sont des faits qui sont anciens, personne n’est dupe. On sait bien qui a intérêt à ce que ces faits soient révélés. (...) C'est une manœuvre politique." Signé Valérie Pécresse, patronne de la région Ile-de-France, sur RTL.

Depuis les révélations du Canard Enchaîné sur l’affaire des emplois fictifs présumés de Pénélope Fillon, toute la droite tente de voler au secours de François Fillon. Ce dernier, après avoir dénoncé de la misogynie et des "boules puantes", a demandé à être entendu par le parquet financier qui a ouvert une enquête.

D’ailleurs, les soutiens de François Fillon s’interrogent ouvertement sur la rapidité de l’ouverture de cette enquête, criant pratiquement au complot en évoquant un timing "qui tombe à pic" en pleine campagne présidentielle et les "officines" qui seraient derrière ces révélations. Ainsi Valérie Pécresse, ce jeudi 26 janvier sur RTL, évoque "la rapidité époustouflante" de cette saisine. "Je n’ai jamais vu le parquet se saisir aussi rapidement d’une affaire à la sortie d’un journal", renchérit la présidente LR de la région Ile-de-France.

"Un article de presse paraît le matin. Quelques heures après, le parquet s'en saisit. Citez-moi une seule affaire où il y a eu une telle rapidité", ajoute de son côté Bruno Retailleau sur Europe 1. Ok, challenge accepted. On peut même lui en citer deux, les affaires Footleaks ou Panama papers ont vu des enquêtes ouvertes très rapidement, voire dès le lendemain. 

Mais la palme revient à Benoist Apparu qui, comme Valérie Boyer, a fait un parallèle malvenu avec l’affaire Cahuzac et la rapidité de l’ouverture d’une enquête contre l’ancien ministre du Budget pour son compte bancaire caché en Suisse :

Entre le premier article et la saisie du Parquet financier de Paris, pour l'affaire Cahuzac, il a fallu 3 mois. Là, il a fallu 3 heures.

Sauf que le parquet financier n’existait pas à l’époque de l’affaire Cahuzac puisqu’il a été créé en conséquence de cette affaire politico-financière. C’est la loi du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière qui met en place cette instance. Difficile alors de faire la comparaison.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Penelope Fillon : François Fillon demande à être entendu par le parquet financier "dans les plus brefs délais"

VIDÉO – La défense calamiteuse de Valérie Boyer à propos de l'affaire Penelope Fillon

Penelope Fillon : Non, Manuel Valls n'imagine pas le général de Gaulle employer tante Yvonne à l'Elysée

Fin 2016, Pénélope Fillon disait ne s'être "jamais impliquée dans la vie politique de son mari"

Du rab sur le Lab

PlusPlus