"Penelope Gate" : la grosse charge de François Bayrou contre le "puissant" François Fillon

Publié à 21h14, le 31 janvier 2017 , Modifié à 21h51, le 31 janvier 2017

"Penelope Gate" : la grosse charge de François Bayrou contre le "puissant" François Fillon
François Bayrou n'annonçant toujours pas sa décision quant à une candidature à la présidentielle. © Montage Le Lab via TF1

Depuis la victoire de François Fillon à la primaire de la droite le 27 novembre, François Bayrou entretient le suspense sur sa candidature à la présidentielle. Le patron du MoDem est encore venu sur le plateau du 20 heures de TF1 ce mardi 31 janvier pour expliquer qu’il n’avait pas encore pris sa décision.

Il apparaît en revanche que François Bayrou s’éloigne de plus en plus de François Fillon. Concernant les révélations du Canard Enchaîné sur l’emploi présumé fictif de Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son époux puis de son suppléant, le maire de Pau s’est demandé s’il n’y avait pas "une loi pour les puissants" :

 

"

Il y a un trouble énorme parmi les Français autour de deux interrogations. C’est un désordre et un chaos sans précédent que les citoyens voient avec stupéfaction et désarroi. Il y a deux questions. La première, c’est : est-ce que la loi est la même pour tous ? Est-ce qu’il y a une loi pour les puissants, ceux qui ont le pouvoir, et est-ce qu’il y a une loi pour ceux qui n’ont pas ces avantages ? Si la loi n’est pas la même, c’est impossible. Il y a une deuxième question, c’est : quand on demande des sacrifices aux gens, est-ce que les sacrifices sont équitablement répartis ? Ou bien est-ce que, comme on le soupçonne, on demande des sacrifices à ceux qui ont le moins d’avantages et on préserve, on renforce les privilèges de ceux qui en ont le plus ? Pour moi, le choix de ma vie, c’est que la loi soit la même pour tous et que ce soit équitable : quand on demande des sacrifices, on les demande également à ceux qui ont beaucoup et ceux qui ont peu.

"

 

Selon François Bayrou, ces révélations sont à l’image du projet présidentiel du candidat Fillon, "injuste" selon lui parce qu’il "demande beaucoup à ceux qui ont peu et [crée] des avantages à ceux qui ont beaucoup, par exemple la suppression de l’ISF".

Tout cela n’augure pas un ralliement à François Fillon. Mais que pourrait donc décider François Bayrou ? S’il a reconnu des similitudes entre son électorat et celui d’Emmanuel Macron, il a refusé de le rallier tant que l’ancien ministre de l’Économie n’aura pas présenté de programme :

 

"

Je ne sais pas ce que veut Emmanuel Macron. Il intéresse des citoyens qui se sont ou s’intéressent encore à moi, il y a des points de rencontre du point de vue des électeurs. Mais je ne sais pas quel est son projet - il a encore, d’ailleurs, annoncé qu’il reculerait l’annonce de son projet. Je ne sais pas quel est son positionnement. Je ne sais pas quelles sont les forces qui le soutiendront et comment il gouvernerait le pays. Pour moi, en tout cas, cette proposition-là, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’est pas mûre. Et moi, j’aime bien que les choses mûrissent avant de les regarder de près.

"

"La situation est extrêmement grave et je ferai ce qu’il faut pour que la France s’en sorte", a encore averti François Bayrou. "Parole de Béarnais", il dira mi-février s’il est candidat ou non. Sachant qu’Emmanuel Macron ne dévoilera son programme que début mars, doit-on en déduire que François Bayrou sera candidat ? Sauf s’il maintient le suspense quelques semaines supplémentaires…

Du rab sur le Lab

PlusPlus