Penelope Gate : Rachida Dati dément être la source du Canard Enchaîné : "Est-ce que c’est mon genre de faire des coups dans le dos ?"

Publié à 09h48, le 03 février 2017 , Modifié à 11h24, le 03 février 2017

Penelope Gate : Rachida Dati dément être la source du Canard Enchaîné : "Est-ce que c’est mon genre de faire des coups dans le dos ?"
© Montage Le Lab via BFMTV
Image Amandine Réaux


Qui peut bien être derrière les révélations du Canard Enchaîné sur les emplois fictifs présumés de Penelope Fillon, l’épouse du candidat LR à la présidentielle ? La droite s’interroge, accusant, pêle-mêle et sans preuve, Jean-Pierre Jouyet, le magistrat Jean-Louis Nadal, l'Élysée ou encore Emmanuel Macron d’être à la manœuvre. Éric Woerth est allé jusqu’à demander au palmipède de révéler sa source.

Ces informations pourraient-elles toutefois venir des bancs de la droite et particulièrement de Rachida Dati ? Cette hypothèse, selon laquelle l’eurodéputée se serait vengée après que François Fillon a fait cadeau de sa circonscription en or à Nathalie Kosciusko-Morizet, a été démentie par l’intéressée ce vendredi 3 février sur BFMTV. L’ex-garde des Sceaux a d’abord sous-entendu que les révélations pouvaient venir de la droite :

François Fillon paye aussi le fait qu’il n’a pas su bien rassembler l’ensemble des élus et des militants, l'ensemble des élus locaux et des grands élus. Il a pensé que la victoire le légitimait totalement pour aller à la victoire du premier tour de la présidentielle.

Rachida Dati ne le dit pas mais on comprend qu’elle vise les sarkozystes, alors que Laurent Wauquiez avait par exemple dénoncé une "purge méthodique" dans l’organigramme de campagne de François Fillon contre les soutiens de l’ex-chef de l’État, éliminé dès le premier tour de la primaire de la droite.

La question de la source est posée ensuite plus directement : Rachida Dati a-t-elle livré des informations au Canard Enchaîné pour faire tomber François Fillon ? La maire LR du 7e arrondissement de Paris dément catégoriquement :

Est-ce que c’est mon genre de faire des coups dans le dos ? Moi je fais des coups en direct. J’assume. Alors c’est vrai qu’après, je le paye cher. Mais j’assume. Moi, j’ai fait de la politique par conviction, par militantisme. Vu d’où je viens, j’aurais jamais pu imaginer un jour devenir garde des Sceaux. [...] Moi, quand ça va pas, je le dis, parce que je veux qu’on gagne. Moi, je fais pas les petits coups en douce, mine de rien. Je vais pas d’échec en échec, et de retrouver, encore une fois, des circos dorées.

Si Rachida Dati avait voulu détruire la campagne de François Fillon, elle l’aurait donc fait "en direct", explique-t-elle. Au passage, l’eurodéputée ne peut pas s’empêcher de critiquer les "petits coups en douce" de sa plus chère rivale NKM. Elle a par ailleurs démenti avoir écrit ce SMS dévoilé par Le Point mi-janvier : "Si Fillon donne sa circo à NKM, ce sera la guerre, et, faites gaffe, j’ai des munitions, je vais lui pourrir sa campagne".





[BONUS TRACK] Un plan B ? Quel plan B ?

Malgré les critiques que Rachida Dati a pu formuler à l'endroit de François Fillon, elle n'envisage pas, pour l'instant, un plan B. S'en suit ce fabuleux échange dans lequel elle décrédibilise la candidature de Nicolas Dupont-Aignan et balaye un (énième) retour de Nicolas Sarkozy :



- Rachida Dati : À ce rythme-là on va avoir Nicolas Dupont-Aignan comme candidat ! S’il y avait un plan B, ça se saurait. Aujourd'hui, comme on n’a pas de plan B, on a un plan A.

- Jean-Jacques Bourdin : Ça pourrait être Nicolas Sarkozy ?

- Rachida Dati : Non.

- Jean-Jacques Bourdin : Non ?

- Rachida Dati : Non.

- Jean-Jacques Bourdin : Non ?

- Rachida Dati : Non ! [Rires]


On est fixé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus