Pierre Moscovici dément penser à la campagne présidentielle de 2022

Publié à 19h57, le 04 janvier 2016 , Modifié à 19h57, le 04 janvier 2016

Pierre Moscovici dément penser à la campagne présidentielle de 2022
Pierre Moscovici © AFP
Image Sylvain Chazot


Non mais ça ne va pas bien la tête ? Non, Pierre Moscovici n'envisage pas de se présenter à l'élection présidentielle de 2022. Ce ne sont que des affabulations.

Invité d'iTÉLÉ ce lundi 4 janvier, le commissaire européen aux Affaires économiques dément clairement ces intentions qui lui sont prêtées.

Voici l'échange avec Laurence Ferrari :

-          Laurence Ferrari : Après 2017, il y a 2022. On vous prête une volonté de vous présenter en 2022. Est-ce que vous y pensez en vous rasant le matin ? A priori non, quand on voit l'état de votre barbe ?

-          Pierre Moscovici : Je suis très heureux que vous me posiez cette question parce que, j'ai lu ça, et je me suis dit que ce n'était même pas la peine de démentir. Comment on peut être aussi bête pour penser à 2022 ? Ça n'a absolument aucun sens.

-          Laurence Ferrari : C'est de la science-fiction ?

-          Pierre Moscovici : Oui, bien sûr. On verra ce qu'il se passe en 2022. Ce qui est certain c'est que je suis à la Commission européenne jusqu'à la fin 2019, que j'y suis bien, que c'est une fonction importante que je crois utile à l'Europe et à mon pays. Après, on verra. Enfin, celui qui se lance dans cette campagne aujourd'hui, il n'est pas raisonnable. Pas raisonnable. Et je vais être un homme raisonnable.  

Voilà qui est envoyé. L'ancien ministre de l'Économie ne pense pas du tout, mais alors pas du tout, à 2022. Clair ? 

Pourtant, Le Figaro du 23 décembre rapportait cette phrase prononcée "récemment" par Pierre Moscovici :

Pour la présidentielle 2022, nous serons trois sur les rangs : Valls, Hidalgo et moi.

On pensait donc, fort logiquement, que l'ancien ministre s'y préparait, au point d'imaginer qui seraient ses potentiels concurrents.

En 2013 déjà, dans Le Supplément de Canal +, "Mosco" se laissait aller à envisager ce futur présidentiel. Il indiquait alors qu'il ne serait "pas trop vieux" en 2022, tout en tempérant : "Mais je n'ai pas construit ma vie comme ça. Ce n'est pas mon obsession, ce n'est pas le destin que je me suis fixé, ce n'est pas l'étoile que je vois au-dessus de ma tête."

Du rab sur le Lab

PlusPlus