Poisson reconnaît être l’auteur du "c’est pas vrai" agacé pendant la question sur Takieddine posée à Sarkozy

Publié à 19h27, le 18 novembre 2016 , Modifié à 20h03, le 18 novembre 2016

Poisson reconnaît être l’auteur du "c’est pas vrai" agacé pendant la question sur Takieddine posée à Sarkozy
Jean-Frédéric Poisson. © Capture d'écran France 2.

ENQUÊTE EXCLUSIVE - C’est une toute petite phrase pratiquement passée inaperçue pendant le troisième et dernier débat avant le premier tour de la primaire de la droite, jeudi 17 novembre sur France 2 et Europe 1 avec la presse régionale. Alors que Nicolas Sarkozy est interrogé sur le supposé financement libyen et sur les affirmations de Ziad Takieddine, l’un des autres candidats lance, agacé :

"

C’est pas vrai.

"

A écouter dans cette vidéo, au bout de 8 secondes:


Au Lab, on a décidé de mener notre petite enquête pour savoir lequel des impétrants était irrité de voir ce sujet libyen mis sur la table du débat. On a donc procédé par déduction.

Sans faire preuve de sexisme, on a rapidement éliminé l’hypothèse NKM, la voix étant plutôt masculine. Il ne restait alors plus que six possibilités. L’hypothèse Nicolas Sarkozy a elle aussi été rapidement écartée, étant à l’image à ce moment-là et ses lèvres ne bougeant pas. A moins que l’ancien Président n’ait des talents de ventriloque qu’on ne lui connaissait pas. Mais comme on n’a pas voulu tomber dans le complotisme facile, on a poursuivi notre enquête.

Alain Juppé a quant à lui été interrogé sur ce "c'est pas vrai" ce vendredi sur Franceinfo:. "Je n'ai pas le souvenir de l'avoir dit. Je n'ai pas le souvenir de l'avoir fait mais vous savez, en deux heures et demi de débat...", a-t-il répondu. Exit Juppé alors.

Mis sur la piste par l’entourage d’un candidat évoquant Jean-Frédéric Poisson comme l’auteur de cette petite phrase, on est donc allé à la pêche aux infos en contactant directement le président du Parti chrétien-démocrate, qui s’est dénoncé :

"

Oui, c’est bien moi. Je me demandais si nous allions repartir pour 20 minutes sur les affaires.

"

Et d’ajouter :

"

Et ça m’agaçait d’avance.

"

Il ne sera pas agacé longtemps puisque le sujet fut vite évacué, Nicolas Sarkozy trouvant "indigne" qu'on lui pose cette question et ajoutant un sévère "vous n'avez pas honte ?".

Voilà une enquête rondement menée. Le candidat mystère auteur de cet énervé « c’est pas vrai » était donc Jean-Frédéric Poisson.

Vous savez tout. De rien.

Du rab sur le Lab

PlusPlus