Policiers agressés à Notre-Dame : le candidat LREM dans le 4e arrondissement suspend sa campagne

Publié à 18h11, le 06 juin 2017 , Modifié à 18h30, le 06 juin 2017

Policiers agressés à Notre-Dame : le candidat LREM dans le 4e arrondissement suspend sa campagne
© Capture d'écran du tweet de Pacôme Rupin
Image Etienne Baldit


BRÈVE DE CAMPAGNE - Un homme a agressé un groupe de trois policiers avec un marteau sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, à Paris, mardi 6 juin après-midi. L'assaillant a crié "c'est pour la Syrie", a annoncé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. L'un des fonctionnaires a répliqué par deux tirs, blessant l'individu qui a été hospitalisé. La section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une enquête en flagrance, confiée à la section antiterroriste de la Brigade criminelle et à la Direction générale de la sécurité intérieure.

Des événements survenus à 5 jours du premier tour des élections législatives et qui ont poussé Pacôme Rupin, candidat de La République en marche dans la 7e circonscription de Paris (qui comprend le 4e arrondissement où se situe Notre-Dame), à suspendre sa campagne, comme il l'a annoncé sur Twitter, jugeant "prioritaire de [se] concentrer sur l'évolution de la situation à Notre-Dame" :







Aucun de ses adversaires ne semble (pour l'heure ?) vouloir faire de même et l'absence de victime ne les y poussera peut-être pas...

Une telle suspension a parfois lieu dans des contextes d'attaques terroristes, comme cela a été le cas au Royaume-Uni après l'attentat de Londres samedi 3 juin, alors que les élections générales anticipées auront lieu jeudi. 4 jours avant la présidentielle française, et alors qu'un policier avait été abattu sur les Champs-Élysées, la plupart des candidats avaient annulé un certain nombre d’événements publics (meetings ou réunions), sans pour autant que la campagne ne soit officiellement suspendue.

Du rab sur le Lab

PlusPlus