Pour André Chassaigne, François Hollande est comme "le chef d’orchestre du Titanic"

Publié à 08h24, le 16 mai 2013 , Modifié à 08h25, le 16 mai 2013

Pour André Chassaigne, François Hollande est comme "le chef d’orchestre du Titanic"
André Chassaigne. (Capture d'écran)
Image Sébastien Tronche

Par

NAUFRAGE - "Je ne soutiens pas la politique du gouvernement.""François Hollande trompe l’électeur." Entre le président de la République et le Front de gauche, rien ne va plus. Et ce n’est pas l’enterrement en première classe de la loi sur l’amnistie sociale, ce jeudi 16 mai à l’Assemblée, qui va réconcilier ces deux composantes de la gauche.

Invité de la matinale de LCI ce 16 mai, André Chassaigne, patron des députés Front de gauche – surtout communistes – à l’Assemblée nationale, a trouvé un nouvelle métaphore pour qualifier le chef de l’Etat. Après un François Hollande "capitaine de pédalo" pour Jean-Luc Mélenchon, le voilà embarqué sur le Titanic. Une métaphore déjà utilisée le 27 mars par... l'UMP Marc-Philippe Daubresse.

Je ne soutiens pas la politique du gouvernement. François Hollande me fait penser au chef d’orchestre du Titanic. Il continue à jouer sa musique alors que le navire va dans le roc.Il y a une mauvaise politique qui est mise en œuvre, c’est une politique d’austérité. Des économistes sont de plus en plus nombreux à dire que cette politique ne peut pas donner de résultats. Et malheureusement, il continue.

Et le député PCF du Puy-de-Dôme de dénoncer, à l’instar du Front national, une politique menée par François Hollande qui serait "la même que celle conduite par Nicolas Sarkozy et le gouvernement précédent" :

Il y a de la lâcheté du gouvernement, un manque de courage. Le Medef a un poids grandissant et fait valoir ses vues. François Hollande trompe l’électeur. Avant l’élection, c’était à gauche toute. Et aujourd’hui, c’est "circulez, y’a rien à voir".

BONUS TRACK : OUI, L’AMNESTIE SOCIALE EST ENTERREE

Objet important du courroux du Front de gauche, le non-souitien du gouvernement au texte sur l’amnistie sociale, qui devrait être renvoyé ce jeudi en commission. Un enterrement de première classe qu’avalise, avec dépit, André Chassaigne qui, selon lui, aurait été votée par au moins 80 députés :

Nous avons cette proposition de loi des sénateurs communistes, votée au Sénat, que nous reprenons dans une niche. Cette loi avait l’approbation du gouvernement et avait été votée par la majorité de gauche au Sénat. Aujourd’hui, pour des raisons obscures, on veut l’enterrer. Et pour l’enterrer, on la renvoie en commission, meilleur moyen de ne pas la discuter et faire en sorte qu’elle ne revienne pas au Sénat. Elle va être abandonnée alors que d’un point de vue symbolique, ce serait un signe fort donné à ceux qui luttent contre la casse de leur entreprise.

Du rab sur le Lab

PlusPlus