CLAP CLAP - Nicolas Sarkozy aurait toutes ses chances pour 2017 s'il décidait de se présenter, cela s'entend à l'applaudimètre. Voici en substance la théorie de Benoist Apparu, à lire ce 15 février dans une interview du JDD.fr.

Lorsqu'on lui demande si, comme Alain Juppé, il "croit sentir" un retour de l'ancien président à la prochaine présidentielle, le député dit avoir la "même intuition", puis explique en quoi Nicolas Sarkozy reste le "leader naturel pour les militants" :

Vous savez, j'ai fait pas mal de réunions publiques lors de la campagne interne à l'UMP. Quand vous citez Fillon, il est applaudi. De même que Copé et Juppé.Quand vous citez, Sarkozy, il est ovationné.Le leader naturel pour les militants et une partie de la droite, c'est lui. Il reste très présent dans le paysage politique et médiatique actuel. Et quoiqu'il arrive, il comptera pour 2017. Dans quel rôle? Comme candidat ou soutien, on verra bien.

Benoist Apparu va même plus loin en "imaginant mal" Nicolas Sarkozy obligé de participer à une primaire en 2016 avec d'autres leaders de l'UMP, dont Xavier Bertrand est pour l'instant le seul candidat officiel. Pour lui, sa candidature s'imposerait aux autres :

J'imagine mal des primaires avec un ancien président de la République…

Primaire pour laquelle le député se dit d'ailleurs "réservé", partant du principe que "dans la génétique gaulliste", la première ambition d'un parti est de "porter son chef à l'Elysée" :

Notre boss est donc fait pour être président de la République. Et c'est une évidence aussi pour nos militants. Or, une primaire est un biais par rapport à cette logique.

Les interrogations sur un éventuel retour de Nicolas Sarkozy n'ont en tout cas pas changé depuis sa défaite contre François Hollande. Dans un long article le 14 février, Le Figaro rapportait ainsi ses propos : "Il faudra vraiment une pression mégatonique pour que je revienne."

Ce 15 février, un sondage BVA pour i>Télé indique que 75% des sympathisants UMP se disent "très enthousiastes"à un retour de leur leader. Ils ne sont que 35% de Français à vouloir le voir revenir.

Du rab sur le Lab