Pour Blanquer, l’exercice du pouvoir est "une lessiveuse" (mais il veut rester ministre tout le quinquennat)

Publié à 07h43, le 13 novembre 2017 , Modifié à 07h47, le 13 novembre 2017

Pour Blanquer, l’exercice du pouvoir est "une lessiveuse" (mais il veut rester ministre tout le quinquennat)
Jean-Michel Blanquer. © AFP
Image Sébastien Tronche


BREF - A écouter régulièrement les impressions des ministres issus de la société civile, la fonction de membre du gouvernement est aussi harassante qu’ingrate. Nicolas Hulot ne dira pas le contraire, lui qui évoque régulièrement les "angoisses" et la "rudesse" de sa fonction à l’écologie au point de devoir refuser une session kitesurf avec John Kerry.

Jean-Michel Blanquer, qui a connu tous les postes à enjeu au sein de l’Education nationale, découvre depuis juin les joies d’être ministre. Et celui qui a vécu sa première rentrée dans le costume de patron de l’Education nationale de confier ce lundi 13 novembre au Parisien la difficulté de la tâche. Certes moins disert que Nicolas Hulot, il consent néanmoins que l’exercice du pouvoir est "une lessiveuse". Mais cela ne l’empêche pas d’assurer aux lecteurs du quotidien qui l’ont interrogé son désir de rester en poste rue de Grenelle jusqu’à la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Ensuite ? Il sera temps de glander. Ou presque. Aussi Jean-Michel Blanquer confie-t-il vouloir redevenir prof mais "avec pas trop d’heures de cours" pour pouvoir se "consacrer à la vie intellectuelle" et écrire sur l’Amérique latine, sa passion.

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Blanquer veut "quatre" matières aux épreuves du baccalauréat 

Du rab sur le Lab

PlusPlus