Pour Bruno Le Maire, les hommes politiques sont "dépressifs ou alcooliques"

Publié à 16h39, le 25 mars 2017 , Modifié à 18h45, le 25 mars 2017

Pour Bruno Le Maire, les hommes politiques sont "dépressifs ou alcooliques"
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Image Amandine Réaux


Étrange constat que fait Bruno Le Maire en pleine campagne pour la primaire de la droite. Nous sommes au lendemain du premier débat entre les sept prétendants à l’investiture LR pour la présidentielle, le 14 octobre 2016. Le député de l’Eure le reconnaît lui-même : il n’a "pas réussi à mettre ses tripes sur la table". Sent-il déjà souffler le vent de la défaite, qui le fera passer du troisième homme dans les sondages au très petit score de 2,4% ? Lors d’un trajet en voiture aux côtés de la journaliste et romancière Gaël Tchakaloff, Bruno Le Maire se lance en tout cas dans une longue et profonde introspection, rapportée dans l’ouvrage Divine comédie (éd. Flammarion, à paraître le 29 mars) :



La politique, ça écrase tout le reste de la vie, ça absorbe tout, ça prend tout, ça vole tout. Si je perds, j’aurai dilapidé tout ce temps, sans ma femme, sans mes enfants, en pure perte.


Un constat amer et rétrospectivement cruel. Il poursuit :



La politique, ça attire les névrotiques. On l’est tous. Ce n’est pas la politique qui rend névrotique, on l’est avant, on s’y retrouve. Les deux névroses les plus courantes en politique, c’est le narcissisme, évidemment, et la haine de soi. Le pouvoir, c’est la guérison de la haine de soi.


Bruno Le Maire, dans une profondeur rarement rencontrée chez les hommes politiques, comme le note l’auteure, conclut :



Les hommes politiques, ils sont dépressifs ou alcooliques. Parce que la folie de la politique, c’est qu’il ne faut jamais voir les choses telles qu’elles sont, il faut se projeter au-delà, nier la réalité. Et, en même temps, il faut être lucide sur la réalité. C’est la dissociation permanente, le décalage entre ta réalité et ton rêve. Les deux ne coïncident jamais sauf le jour où tu es élu. C’est pour cela qu’après, ça crée la dépression.

Reste à savoir dans quelle catégorie Bruno Le Maire se situe.

Quelques pages plus loin, Marine Le Pen livre aussi une vision extrêmement brutale du monde politique :



Quand on est normal, on ne peut pas faire de la politique, parce que le niveau de brutalité et de souffrance est quelque chose, par définition, que n’importe quelle personne normale fuirait. Moi, je suis née sur un bateau un jour de tempête et j’ai passé l’intégralité de mon existence dans une tempête générale.

Ce qui fait dire unanimement à ses proches, lorsqu’ils sont interrogés sur la manière dont ils s’y prennent pour remonter le moral de la candidate FN en cas de coup dur :

C’est elle qui nous remonte. Marine [Le Pen] n’a jamais eu besoin d’être relevée, elle a été éduquée comme cela.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus