Pour Claude Bartolone, Valérie Pécresse c’est un peu "Versailles, Neuilly, race blanche"

Publié à 07h02, le 10 décembre 2015 , Modifié à 08h27, le 10 décembre 2015

Pour Claude Bartolone, Valérie Pécresse c’est un peu "Versailles, Neuilly, race blanche"
© LOIC VENANCE / AFP
Image Sébastien Tronche


"Clientélisme." Des deux côtés, cette accusation fuse. Symbole d’une campagne tendue entre Claude Bartolone et Valérie Pécresse, dans les derniers hectomètres avant la ligne d’arrivée des élections régionales, le 13 décembre.

Au-delà des batailles de projet sur la sécurité ou les transports, les deux camps, LR-UDI d’un côté, PS-Front de gauche-EELV de l’autre, s’invectivent à coups de petites phrases choc. Après Geoffroy Didier, porte-parole de campagne de l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, qui a critiqué le président de l’Assemblée nationale "qui se dit prolo", Claude Bartolone réplique sur le même ton, ce jeudi 10 décembre dans L’Obs.

Pour le candidat socialiste, Valérie Pécresse ce n’est pas le triptyque des Inconnus "Auteuil, Neuilly, Passy", c’est plus que cela. Auteuil est remplacé par Versailles et Passy est remplacé, dans la bouche de Claude Bartolone par "Race blanche", référence aux propos polémiques de Nadine Morano. Ainsi lance-t-il dans L’Obs :

Elle tient les mêmes propos que le FN, elle utilise une image subliminale pour faire peur. Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux.

"Elle s’est de plus en plus radicalisée", assure encore le prétendant socialiste à la succession de Jean-Paul Huchon qui, comme son équipe, ne cesse de pointer du communiqué la drague de Valérie Pécresse envers la manif pour tous, rappelant au passage de vieux propos sur le "démariage des couples homosexuels" (une position sur laquelle Pécresse est revenue depuis).

Et de conclure en accusant la candidate de la droite et du centre de racisme après sa campagne d’affichage disant "nous ne voulons pas devenir la Seine-Saint-Denis de Bartolone" :

Quand Pécresse fait des affiches disant "nous ne voulons pas devenir la Seine-Saint-Denis de Bartolone", c'est du racisme là aussi. Se rend-elle compte de l'opprobre qu'elle jette sur un million et demi d'habitants ? 

Entre coups bas, invectives et petites phrases et affrontements judiciaires, la campagne en Ile-de-France aura été pour le moins sportive. Mais sans fair-play.

[Edit 8h26] Lagarde (UDI) demande des excuses

Président de l'UDI, soutient de Valérie Pécresse, Jean-Christophe Lagarde a demandé, ce jeudi sur Europe 1, à Claude Bartolone soit de s'excuser soit de retirer ses propos sur "la race blanche". 



[BONUS] Pour la plaisir, les Inconnus :



A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Le camp Bartolone s’empare d’un article vieux de trois ans pour attaquer Pécresse sur le mariage homosexuel  

> VIDÉO - Valérie Pécresse reprend l'argumentaire FN contre Claude Bartolone au sujet des migrants  

> Geoffroy Didier (LR), porte-parole de Valérie Pécresse, critique Claude Bartolone qui "se dit prolo"  

> Régionales Ile-de-France : Nouvelle embrouille entre Pécresse et Bartolone à propos du débat du second tour 

Du rab sur le Lab

PlusPlus