Pour Édouard Philippe, ce n'est pas très démocratique de "contester systématiquement la majorité parlementaire"

Publié à 08h31, le 13 septembre 2017 , Modifié à 08h31, le 13 septembre 2017

Pour Édouard Philippe, ce n'est pas très démocratique de "contester systématiquement la majorité parlementaire"
Édouard Philippe © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Image Sylvain Chazot


Les manifestations contre la réforme du code du travail ont rassemblé entre 220.000 et 400.000 personnes en France, selon les comptages. Un succès qui n'inquiète pas outre-mesure Édouard Philippe. Non, il n'est pas foutu même si des Français sont dans la rue.

S'il respecte ce droit à manifester et s'il entend la contestation, Édouard Philippe ne se force en revanche pas à l'écouter. Pourquoi ? Parce qu'il y a eu, selon lui, "un débat parlementaire très long" sur le sujet et que donc, "il faut respecter le Parlement quand il donne une majorité à un texte qui prévoit ces mesures", assure le chef du gouvernement, invité de France 2 ce mercredi 13 septembre. Alors quand Jean-Luc Mélenchon le provoque en promettant de faire reculer le gouvernement sur la loi travail, le Premier ministre s'énerve :



Mais où est la démocratie si lorsque le Parlement, qui est empreint de la légitimité populaire, vote une loi d'habilitation disant au gouvernement, vous devez faire ci, vous devez faire ça ? Où est la démocratie si l'on conteste systématiquement la majorité parlementaire ?

Alors attention, on vous voit venir bande de fainéants : Edouard Philippe n'est pas en train de dire qu'il ne faut pas parler. Pour le coup, le Premier ministre se veut conciliant.

"La contestation, je la respecte. Elle existe. Elle est là. Je l'écoute. La liberté de manifester est une liberté fondamentale  en France et ceux qui s'inquiètent ou s'opposent à ce texte ont parfaitement le droit de manifester, dans l'ordre et en respectant la loi" dit-il. Il y a toujours des éléments à discuter dans une démocratie", jure-t-il, comme la mise en œuvre des ordonnances, par exemple. Le texte des ordonnances, en revanche, il ne faut pas abuser. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus