Pour Edwy Plenel, "le danger ce n'est pas Marine Le Pen, c'est Manuel Valls"

Publié à 15h14, le 07 novembre 2013 , Modifié à 16h13, le 07 novembre 2013

Pour Edwy Plenel, "le danger ce n'est pas Marine Le Pen, c'est Manuel Valls"
Capture d'écran LCP.
Image Thibaut Pezerat

Par

QUAND LE SAGE MONTRE LA LUNE... - Edwy Plenel, président de Mediapart, n'a jamais eu la langue dans sa poche. Il le prouve une nouvelle fois sur le plateau de l'émission PolitiqueS sur La Chaîne Parlementaire, diffusé ce samedi 9 novembre.

Interrogé sur le contexte politique actuel, le journaliste assure que l'ennemi des républicains actuels en France n'est pas Marine Le Pen, contrairement à ce qui peut être régulièrement entendu. L'ennemi, selon Edwy Plenel, se trouve plutôt dans les rangs de la gauche, en la personne du ministre de l'Intérieur.

Voilà comment Edwy Plenel justifie son propos :

Madame Le Pen, l'extrême-droite, les fascistes en France, de l'antisémitisme à aujourd'hui les Roms et l'islamophobie, nous connaissons cet adversaire, les républicains et les démocrates les connaissent, donc quel est le danger ?Le danger, ce sont ceux qui cèdent à l'adversaire. Qu'ils soient de droite ou de gauche. C'est ceux-là qui font la politique du pire. Comment arrive la collaboration ? Parce que des gens de gauche et de droite cèdent devant le nazisme.Donc pour moi le danger, c'est pas madame Le Pen. Le danger, c'est Manuel Valls.

Voir la vidéo :



Manuel Valls avait déclenché une vive polémique en déclarant sur France Inter que les Roms avaient "vocation"à rentrer dans leur pays d'origine. Des propos contraires aux principes de la République, selon Edwy Plenel :

Qu'est-ce qu'il a dit Manuel Valls ? Il a dit qu'un peuple en soi, par son origine, n'est pas acceptable, doit être repoussé. N'a pas vocation à être dans notre pays. Or, que dit notre Constitution ? Je l'ai dit sous Sarkozy, je l'ai dit sous Hollande.Elle le dit depuis la catastrophe européenne. La catastrophe de 30 ans, de guerre mondiale, et des montagnes de cadavres, de génocides, elle dit que la République ne fait pas de distinction.

Chaque semaine, le Lab participe à l'émission PolitiqueS pour la chronique "les 140 secondes du Lab d'Europe 1".

Du rab sur le Lab

PlusPlus