Pour Emmanuel Macron, le retour de Nicolas Sarkozy est "une preuve de l’épuisement de notre système politique"

Publié à 12h51, le 11 août 2016 , Modifié à 12h51, le 11 août 2016

Pour Emmanuel Macron, le retour de Nicolas Sarkozy est "une preuve de l’épuisement de notre système politique"
© GEORGES GOBET / AFP

Emmanuel Macron est en vacances. Une information difficile à manquer puisqu’il s’affiche ce jeudi 11 août en une de Paris Match, marchant sur le sable d’une plage de Biarritz aux côtés de son épouse Brigitte. Le leader d’"En marche !" ne perd pas de vue pour autant ses ambitions présidentielles.

Ainsi le ministre de l’Économie ne s’est-il pas privé de critiquer le retour en politique de l’ex-chef de l’État Nicolas Sarkozy, preuve selon lui de "l’épuisement de notre système politique". Il développe :

"

Nous sommes parmi les très rares pays développés dans lesquels un ancien Président peut revenir en sauveur de son camp cinq ans après avoir été battu. C’est une preuve supplémentaire de l’épuisement de notre système politique.

"

Que l’on comprenne bien : Emmanuel Macron n’est pas en campagne, mais formule déjà une critique à l’endroit de Nicolas Sarkozy, un potentiel concurrent, et ce pour faire la pub de son projet de renouveler le système politique (en abolissant par exemple le clivage gauche-droite).

Un Nicolas Sarkozy dont il copie d’ailleurs la stratégie de com'. À l’été 2015, l’ancien Président, en vacances en Corse, posait lui aussi en couple et en maillot de bain à la une de l’hebdomadaire.

Toujours est-il que, Emmanuel Macron, s’il décide de se présenter en 2017, ne passera probablement pas par la case primaire, contrairement à François Hollande. Il l’a confirmé auprès de Paris Match, estimant que la Ve République a été "capturée par les partis politiques qui ont perdu leur vocation originelle de formation des citoyens engagés, de construction idéologique et de découverte de talents. Nous retrouvons certaines de ces dérives de la IVe, dont la primaire est la quintessence."

Cette fois, ce n’est pas seulement Nicolas Sarkozy qui est visé, mais la droite, la gauche et EELV, qui organisent tous trois une primaire.

[BONUS TRACK]

En attendant une éventuelle déclaration de candidature fin août (et parallèlement à ce genre de coup de com’), le locataire de Bercy travaille cet été à l’écriture d’un "texte de philosophie générale", apprend-on dans Match, "une soixantaine de pages consacrées aux transformations en cours dans une France traversée selon lui par 'un sentiment d’insécurité sociale, civilisationnel et moral'".

Du rab sur le Lab

PlusPlus