Pour François Baroin, Alain Juppé "souffre d'un autocentrisme total"

Publié à 18h44, le 02 juin 2015 , Modifié à 19h07, le 02 juin 2015

Pour François Baroin, Alain Juppé "souffre d'un autocentrisme total"
Montage le Lab via THIBAUD MORITZ / AFP

FILS SPIRITUELS - S'il est un héritage disputé chez "Les Républicains", c'est celui de Jacques Chirac. Et le premier à se réclamer de cet héritage, c'est évidemment Alain Juppé, qualifié de "meilleur d'entre nous" par l'ancien président selon la légende. À tel point que le "Chi" serait prêt à venir "coller des enveloppes" pour aider Alain Juppé à battre Nicolas Sarkozy.

Il n'empêche, il y en a un qui n'aime pas beaucoup Alain Juppé malgré son appartenance à la #teamChirac. Dans les colonnes de l'Express du 3 juin, François Baroin se laisse en effet aller à des commentaires acerbes concernant le maire de Bordeaux. Reprenant la formule de Jacques Chirac concernant son ancien Premier ministre, il dit :

Juppé n'est pas le meilleur d'entre nous, c'est le préféré d'entre nous.

De quoi rappeler que même s'il a l'opinion pour lui, cela ne signifie pas qu'il est forcément le plus qualifié. D'ailleurs, pour le maire de Troyes, Alain Juppé a un défaut majeur : il n'aime que l'État. Il explique à propos du maire de Bordeaux :

Je me demande parfois s'il n'aime pas que cela, l'État, le servir, l'organiser et ne s'appuyer que sur ceux qui, à ses yeux, sont réellement formés pour. 

Une attaque en creux sur le manque d'empathie du candidat à la primaire de 2016. Des propos qui rappellent ceux de Bernadette Chirac qui avait qualifié le maire de Bordeaux de "très très froid". D'ailleurs, le sénateur Baroin évoque l'ex-Première dame dans son attaque la plus directe envers le maire de Bordeaux. Il développe :

Juppé n'a pas changé. Il souffre d'un autocentrisme total. Si Bernadette lui en veut, c'est qu'elle a des raisons. Avec Sarkozy, il n'y a pas de coups tordus. C'est clair et direct. Vous verrez que s'il est candidat face à Juppé la majorité des chiraquiens le soutiendront. 

Une prise de position pas si surprenante lorsque l'on se souvient que le président de l'association des maires de France (AMF) avait soutenu Nicolas Sarkozy pour son retour à la tête de feu l'UMP. 

Reste que la stratégie du maire de Troyes n'est pas encore claire. Si l'hebdomadaire écrit que Nicolas Sarkozy lui a promis Matignon en cas de victoire en 2017, François Baroin se faisait plus mystérieux le 28 mai. Au micro de RTL, il disait :

Je suis libre et indépendant, je n’appartiens à personne. Je me prononcerai dans un an sur mes intentions personnelles et sur mon engagement pour cette primaire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus