Pour Geoffroy Didier (LR), "la vraie victoire pour les femmes" serait d'avoir "un homme ministre du Droit des Femmes"

Publié à 09h13, le 08 mars 2016 , Modifié à 09h16, le 08 mars 2016

Pour Geoffroy Didier (LR), "la vraie victoire pour les femmes" serait d'avoir "un homme ministre du Droit des Femmes"
Geoffroy Didier © AFP
Image Etienne Baldit


Parité en politique et manque de femmes aux avant-postes au menu de l'interview de Geoffroy Didier sur Radio Classique, lundi 7 mars au soir, à la veille de la journée internationale des droits des femmes. L'occasion pour le vice-président LR de la région Île-de-France de développer sa vision de la condition féminine en politique.

Alors que Patrick Poivre d'Arvor l'interroge sur l'éventualité de voir certains candidats masculins à la primaire "aider" Nathalie Kosciusko-Morizet à obtenir ses parrainages pour pouvoir concourir, Geoffroy Didier répond sur un tout autre terrain. Il dit :



J'ai toujours pensé que la vraie victoire pour les femmes serait le jour où le ministre du Droit des Femmes serait un homme.

Plus loin, il ajoute :



Je ne pense pas qu'il faille, avant tout pour elles-mêmes et pour la cause féminine, résumer les femmes politiques à leur condition féminine. Je pense qu'il faut aller bien au-delà. Et être une femme politique aujourd'hui c'est dur, parce que faire de la politique c'est dur en soi, et qu'il faut souvent combiner à la fois sa vie professionnelle et sa vie personnelle, et le milieu est un peu machiste. Mais je crois surtout qu'il faut aussi savoir dépasser tout cela et que les critères de sélection en politique doivent redevenir avant toute chose la compétence, la responsabilité et l'honnêteté, plutôt que le genre.

Son idée est donc qu'un homme en charge de ces dossiers serait une avancée féministe, par comparaison à la nomination systématique d'une femme pour gérer "les droits des femmes".

Et le conseiller régional de la région capitale a un exemple de réussite féminine en politique déconnectée de cette question du genre : celui de sa championne, Valérie Pécresse. Il explique :



En réalité, qu'il y ait une loi qui permette aux femmes d'avoir autant de conseillers régionaux que des hommes [sic], c'est sans doute une bonne chose, mais ce que je retiens par exemple des élections régionales, [...] c'est que c'est une femme aujourd'hui qui a été élue démocratiquement, face d'ailleurs à beaucoup d'hommes. Valérie Pécresse a été élue présidente du conseil régional d'Île-de-France, et si elle a été élue, ce n'est pas parce que c'est une femme, c'est parce qu'elle a été la meilleure dans une compétition démocratique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus