Pour Jean-François Copé, un pain au chocolat coûte entre 10 et 15 centimes d'euros

Publié à 08h53, le 24 octobre 2016 , Modifié à 11h15, le 24 octobre 2016

Pour Jean-François Copé, un pain au chocolat coûte entre 10 et 15 centimes d'euros
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

A PEU DE CHOSES PRES - Les hommes politiques éprouvent quelques difficultés à évaluer le prix des choses du quotidien. Ainsi, Nathalie Koscisusko-Morizet avait séché sur le prix d'un ticket de métro en février 2012 - "4 euros et quelques" au lieu de 1,70 euros (à l'époque). Invité d'Europe 1 lundi 24 octobre, le candidat à la primaire de la droite Jean-François Copé, a *légèrement* sous-estimé le prix du pain au chocolat, "aux alentours de 10 à 15 centimes d'euros" - au lieu de 1,10 euros - 1,20 euros. 

Le pain au chocolat - ou la chocolatine, c'est selon - poursuit Jean-François Copé depuis 2012. A l'époque, pour illustrer la "pression" de certains extrémistes musulmans, le député-maire de Meaux avait évoqué le cas de "parents d'élèves traumatisés parce qu'un de leurs fils, qui prenait son goûter à la sortie du collège, s'était fait arracher sa nourriture des mains par une bande de jeunes qui se prenait pour une brigade iranienne de promotion de la vertu". Lundi sur Europe 1, c'est un auditeur qui s'est souvenu de l'anecdote pain au chocolat. Et là, c'est le drame pour Jean-François Copé. 

Pour faire tenter d'oublier qu'il est un peu déconnecté de la réalité, Jean-François Copé tente d'abord l'humour : "Ecoutez, ça me fait plaisir parce que si on ne m'avait pas parlé de pain au chocolat, je l'aurais fait". Il mise ensuite sur la franchise. "Je n'en ai aucune idée", lâche-t-il. "Ça dépend des tailles", ajoute-t-il avant de tenter une estimation. Raté ! 

A sa sortie du studio, Jean-François Copé est à nouveau interrogé dans la Social room d'Europe 1. Et là, il "assume" sa boulette au chocolat. Il dit : 

"

Je pense qu'autour de la table, il n'y a pas grand monde qui connaissait le prix exact mais j'assume. Ça arrive. Je vous l'avoue, je n'en achète pas pour une raison toute simple, j'en mange très très peu. Donc, j'assume, tant pis pour moi [...] J'ai répondu trop vite. 

"

Pour clore ce "chocolatinegate", Jean-François Copé s'est fendu d'un tweet. Il explique "être très soucieux de sa ligne". 



[Edit 10h31] ajout tweet Jean-François Copé




[A LIRE AUSSI SUR LE LAB]

Très bas dans les sondages, Copé croit encore en ses chances et s'appuie sur l'exemple Chirac en 1995

Du rab sur le Lab

PlusPlus