Pour Jean-Luc Mélenchon, "Donald Trump n'est pas le bienvenu" pour le 14 juillet

Publié à 08h41, le 28 juin 2017 , Modifié à 09h06, le 28 juin 2017

Pour Jean-Luc Mélenchon, "Donald Trump n'est pas le bienvenu" pour le 14 juillet
Image Etienne Baldit


NOT IN MY BASTILLE DAY - "Donald Trump représente l'Otan et l'asservissement de notre nation à une coalition internationale dans laquelle elle ne joue aucun rôle." Pour le dire simplement, Jean-Luc Mélenchon n'est pas un grand fan de l'idée d'Emmanuel Macron d'inviter le président américain pour les célébrations du 14 juillet. Des cérémonies qui, cette année et comme le fait valoir l'Élysée, marqueront le 100e anniversaire "de l'entrée en guerre des États-Unis aux côtés des troupes françaises pendant la Première Guerre mondiale".

Sur Europe 1 mercredi 28 juin, le président du groupe LFI à l'Assemblée nationale s'oppose à cette invitation à des commémorations qui sont avant tout celles de la Révolution française :

Monsieur Trump n'est pas le bienvenu à la fête du 14 juillet. La fête du 14 juillet, c'est celle de la liberté des Français. [...] Monsieur Trump est un violent, il n'a rien à faire là. [...] Non il n'est pas le bienvenu, autant le dire.

Le député des Bouches-du-Rhône ajoute tout de même, en signe de sa courtoisie diplomatique : "Enfin bon, quand il sera là, on l'accueillera dignement, parce qu'il est le président des États-Unis d'Amérique." De son côté, l'ancien porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a lui aussi émis des réserves sur cette invitation, sans s'y opposer aussi durement. Sur franceinfo:, le député socialiste a expliqué :



Je pense que c'est une invitation qui a un sens, puisque c'est le 100e anniversaire de l'arrivée des 'Tommies', qui avaient débarqué à Saint-Nazaire. Je comprends. Et en même temps, c'est assez paradoxal, puisque c'est dans le même temps où Trump prend des positions protectionnistes et sur la question de la Cop21, il a claqué la porte. Donc bienvenue à condition que derrière, il y ait une confrontation sur les grands enjeux du monde. Ça peut pas être simplement 'bienvenue'. On va pas nier l'histoire et notre amitié avec les États-Unis, mais on doit rappeler le présent.

L'Élysée a annoncé mardi que la présidence de la République française avait invité Donald Trump aux célébrations du 14 juillet. L'invitation a été faite lors d'un entretien téléphonique entre les deux dirigeants, ce mardi. Une première invitation avait été formulée lors du sommet de l'Otan, fin mai. Apparemment sans succès. Pour l'heure, Commander in chief n'a pas encore accepté l'invitation ; il en étudie la "faisabilité". 

S'il accepte, il s'agira de la première visite du président américain en France depuis sa prise de fonction, en janvier.





À LIRE SUR EUROPE1.FR :

14-Juillet : pourquoi Emmanuel Macron renouvelle-t-il son invitation à Donald Trump ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus