Pour Jean-Pierre Chevènement, la bombe H a fait plus pour la paix que l'Union Européenne

Pour Jean-Pierre Chevènement, la bombe H a fait plus pour la paix que l'Union Européenne
Jean-Pierre Chevènement invité de "28 minutes" (Arte)
Image Le Lab

Par Liza Fabbian
pour

DÉMONSTRATION PAR L'ABSURDE (X2) - "Un prix de consolation plutôt qu’un prix d’excellence". Voilà ce que pense Jean-Pierre Chevènement du prix Nobel de la Paix qui a été remis à l’Union Européenne mardi 11 décembre.

Alors le sénateur du territoire de Belfort et président d'honneur du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), n’hésite pas à se moquer de cette distinction qui récompense l’union Européenne pour avoir "contribué pendant plus de six décennies à promouvoir la paix et la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe."

Pour parler de cette distinction qui le fait "hurler de rire", Jean-Pierre Chevènement n’a pas hésité à se faire cynique alors qu'il était invité sur le plateau d'Arte, en affirmant que :

La bombe H, dans les années qui ont suivi la 2nde guerre mondiale, a plus fait pour la paix que l’Europe qui n’était pas née.

Une attaque que l'ancien ministre de l'Intérieur avait déjà formulé dans les mêmes termes le 14 novembre, alors qu'il participait à L’émission politique de l’Internaute magazine, déclarant que :

L’Europe doit la paix a l’équilibre entre les États-Unis et la Russie en 1945, équilibre militaire, qui est très vite devenu un équilibre thermonucléaire.Si on avait du donner le prix Nobel de la paix, c’était à la bombe H qu’il fallait le donner, car c’est elle qui a maintenu la paix de l’Europe pendant soixante ans, et qui à la fin a entrainé la dissolution pacifique de l’Union Soviétique.

L’attaque était alors passée plutôt inaperçue.

Sur Arte, Jean-Pierre Chevènement récidive, en rappellant notamment son opposition à la monnaie unique, avant de nuancer :

Je ne dis pas que l’idée européenne est une mauvaise idée. C’est une bonne idée, mais il faudrait la prendre par un biais politique et ne pas mettre la charrue avant les boeufs.