Pour justifier l'entrée de l'état d'urgence dans le droit commun, Gérard Collomb pense "aux familles des victimes" de l'attentat de Nice

Publié à 09h43, le 18 juillet 2017 , Modifié à 12h33, le 18 juillet 2017

Pour justifier l'entrée de l'état d'urgence dans le droit commun, Gérard Collomb pense "aux familles des victimes" de l'attentat de Nice
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

L'état d'urgence a été prolongé, le 12 juillet dernier, jusqu'au 1er novembre prochain. La dernière prorogation, a priori, avant la nouvelle loi antiterroriste qui fera entrer certaines mesures d'exception de l'état d'urgence dans le droit commun.

Invité de RTL ce mardi 18 juillet, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, est amené à réagir à la tribune de Mireille Delmas-Marty, publiée le 17 juillet dans Libération. La juriste y dénonce "le risque [...] d’aboutir par les voies moins visibles du contournement des principes et du détournement des pouvoirs à ce 'despotisme doux' que prophétisait Tocqueville".

Alors, la sécurité avant tout, "quitte à tomber dans le despotisme doux ?", questionne le journaliste. Gérard Collomb lance : "Oui, peut-être".

Et le premier flic de France de développer :



Moi, j'ai été à Nice vendredi dernier. J'ai vu les familles des victimes. Croyez-moi, lorsque vous allez là-bas et que vous voyez les gens en pleurs, des familles décimées, le père, les enfants qui sont morts, des femmes qui restent toutes seules, vous vous dites que, quand même, essayer d'assurer la sécurité de ses concitoyens, c'est quelque chose d'important.

Des arguments plus émotionnels que rationnels, qui ne sont pas sans rappeler un certain Eric Ciotti. Juste après l'attentat de Nice, en juillet 2016, le député LR assurait que les Niçois, "eux ils n'en parlent plus, de l'État de droit".

Mais Gérard Collomb n'a pas l'intention pour autant de priver les Français de toutes leurs libertés fondamentales. Il conclut :



Je comprends les grands débats qui peuvent avoir lieu, le nécessaire équilibre qu'il faut trouver, j'essaye de le trouver. Mais, en même temps, il faut essayer de faire en sorte que ce genre d'attentats ne puisse plus se répéter.








Le projet de loi antiterroriste, dont l'examen commence ce mardi au Sénat, a pour ambition de faire entrer dans la loi des mesures telles que les perquisitions administratives ou les assignations à résidence. Et si Emmanuel Macron a promis de respecter l'État de droit, ce n'est pas sans inquiéter nombre de juristes et d'universitaires.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB

> Gérard Collomb ne "sera pas le ministre qui se contentera de faire des hommages devant les cercueils de nos policiers"

> Voulant proroger l'état d'urgence jusqu'en 2018, Éric Ciotti rappelle que le jour de l'attentat de Nice, Hollande demandait sa levée

Du rab sur le Lab

PlusPlus