Pour le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, "rien ne menace ma liberté si ça permet de lutter efficacement contre le terrorisme"

Publié à 15h36, le 27 août 2017 , Modifié à 09h46, le 31 août 2017

Pour le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, "rien ne menace ma liberté si ça permet de lutter efficacement contre le terrorisme"
Christophe Castaner. © Montage le Lab.
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

En place depuis les attentats de Paris et de Saint-Denis en novembre 2015, l'état d'urgence divise depuis le début. Liberticide pour les uns, pas assez sécuritaire pour les autres. Mais Emmanuel Macron a tranché et va inscrire dans le droit commun un certain nombre de ces mesures d'urgence. Sauf que là encore, d'aucuns craignent un état d'urgence permanent.

Et quand il faut défendre la parole présidentielle, qui envoit-on ? Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement. Invité de BFMTV, ce dimanche 27 août, il déclare :

On a engagé une loi sur la sécurité pour faire en sorte qu'on puisse garantir les meilleurs moyens de lutter contre le terrorisme. On voit bien que, là encore, on est confronté à un certain débat, il y a un certain angélisme en disant : 'Ah oui, mais certaines mesures menacent nos libertés'. Moi je considère que rien ne menace ma liberté si ça permet de lutter efficacement contre le terrorisme.

Un propos également posté sur Twitter par le secrétaire d'État en charge des Relations avec le Parlement, mais où le "ma liberté" était remplacé par "la liberté"... avant que le tweet ne soit finalement effacé ce lundi. En voici une capture :





La sécurité est la première des libertés, entend-on souvent de la bouche des défenseurs de l'état d'urgence. Néanmoins, cette dernière phrase de Christophe Castaner a fait pas mal réagir. Exemple avec Eduardo Rihan Cypel, secrétaire national du PS(et chroniqueur), qui s'interroge si "ni même la torture et la gégène" ne menacerait la liberté ?







Sur BFM, le porte-parole du gouvernement ne détaille aucun point de la future loi antiterroriste. Mais il concède que l'état d'urgence avait l'inconvénient de ne pas cibler "exclusivement" les terroristes. Christophe Castaner fait ici référence aux manifestants pendant la COP21 en décembre 2015, ou des manifestations en mai 2016 contre la loi Travail. Il développe :

L'état d'urgence concerne tout le monde, vous, moi, le public derrière. Normalement, on n'a pas vocation à être demain terroriste. On veut garder des mesures qui ont montré leur efficacité dans la lutte contre le terrorisme, mais exclusivement sur ce sujet. Le syndicalisme, le militantisme, n'a pas à être menacé par l'état d'urgence.

En juillet dernier, les députés avaient reconduit pour la sixième fois depuis novembre 2015 l'état d'urgence. Il est censé prendre fin le 1er novembre et être remplacé par une nouvelle loi antiterroriste. A peine remis des remous de la loi Travail, la majorité va être confronté à un nouveau débat clivant.

A LIRE SUR EUROPE1.FR

La future loi antiterroriste soulève une fronde

"Le bilan de l'état d'urgence est au mieux pathétique"

A LIRE SUR LE LAB

Attentat à Nice : ces élus qui plaident pour un état d'urgence "permanent"

Du rab sur le Lab

PlusPlus