Pour le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, "la droite est en train de se suicider"

Publié à 07h25, le 25 octobre 2017 , Modifié à 07h30, le 25 octobre 2017

Pour le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, "la droite est en train de se suicider"
Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu. © AFP
Image Sébastien Tronche


Non seulement la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron et le débauchage d’Edouard Philippe pour Matignon a bouleversé le paysage politique et entraîné une "recomposition" voulue par le chef de l’Etat, mais la droite parlementaire s’auto-déchire elle-même, favorisant cette nouvelle donne.

Placée face au fait rare de voir un des leurs, Edouard Philippe, diriger un gouvernement et une majorité sans le parti auquel il appartient, la droite est perdue et tente, tant bien que mal, d’exclure, "pour clarifier", ses brebis jugées galeuses. Pire, elle s’autodétruit, estime le secrétaire d’Etat issu de LR et en passe de se voir virer, Sébastien Lecornu.

Interviewé par Le Parisien ce mercredi 15 octobre au lendemain d’un bureau politique qui n’a pas réussi à entériner les exclusions, faute de quorum, ce proche de Bruno Le Maire – qui, lui, a pris sa carte à La République en marche – estime que "sur la forme, c’est tout simplement grotesque". Et cette forme "traduit un vrai malaise sur le fond".

Pour lui, l’aveuglement dont font preuves les Républicains dans le sillage de Bernard Accoyer et du favori pour la présidence, Laurent Wauquiez, confine à "la faute". "C’est une hérésie. Ils veulent nous sanctionner, car nous soutenons des réformes utiles au pays… C’est à n’y rien comprendre", fait mine de s’étonner Sébastien Lecornu qui conclut, sévère :

La droite est en train de se suicider !

En revanche, à la différence de Bruno Le Maire, lui ne prendra pas sa carte à LREM. Mauis peu importe, explique-t-il dans une métaphore footballistique en mode "on a pas le même parti, mais on a le même maillot" :



Je suis déjà pleinement membre de la majorité présidentielle. Que l’on soit LREM, MoDem, de centre droit ou LR, ce qui compte, c’est de porter le même maillot, celui de l’équipe de France.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Exclusion des pro-Macron : Rachida Dati qualifie le bureau politique de LR de "dîner de cons"

Du rab sur le Lab

PlusPlus