Pour Martine Aubry, Emmanuel Macron "utilise les vieilles recettes du Medef des années 80"

Publié à 09h03, le 06 septembre 2017 , Modifié à 09h03, le 06 septembre 2017

Pour Martine Aubry, Emmanuel Macron "utilise les vieilles recettes du Medef des années 80"
Martine Aubry © AFP
Image Sylvain Chazot


Martine Aubry parle. Et, comme souvent, "la dame des 35 heures" flingue. Invitée de France inter ce mercredi 6 septembre s'en prend une nouvelle fois à Emmanuel Macron. Cette fois, elle cible également la réforme du code du travail.

Pour l'ancienne ministre du Travail, la politique choisie par l'actuel chef de l'État "ne mènera pas à la croissance et à l'emploi". Comment le sait-elle ? Tout simplement parce que cette politique est vieille, dépassée, déjà vue. Elle dit :

On reprend les vieilles recettes. Emmanuel Macron s'est présenté comme un Président jeune, 2.0, et finalement, moi qui suit beaucoup plus âgée mais qui essaye quand même de me mettre dans le 2.0, je vois qu'il reprend les recettes des années 80 du Medef. C'est quand même d'un classicisme incroyable. C'est pour moi un retour en arrière.

Un "retour en arrière" qu'elle dénonce, évidemment. Elle poursuit :

Croire que c'est en précarisant les salariés, en les licenciant plus facilement, en contournant les syndicats, en accroissant le pouvoir unilatéral du chef d'entreprise qu'on rendra les entreprises plus compétitives, c'est vraiment une vision du passé. […] Pour moi, [la réforme du code du travail], c’est une réforme d’arrière-garde.

Martine Aubry est effectivement en forme et énumère plusieurs mesures qui, selon elle, font qu'il n'y a "plus de droit" pour le salarié. Elle s'en prend également à l'actuelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud :

On dit que je l'ai formée, aujourd’hui je la trouve très déformée.

Pour rappel, Muriel Pénicaud fut conseillère pour la formation de la ministre du Travail Martine Aubry, de 1991 à 1993.

Mais la maire de Lille n'est pas que dans la dénonciation. Elle souhaite également agir. Ce mercredi, elle annonce qu'elle souhaite manifester le 12 septembre contre la réforme du travail.

Le PS, lui, a prévu de faire un tract et c'est tout pour s'opposer à cette réforme. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus