Rechercher

Pour Michel Rocard, la solution en Grèce passe par un pouvoir militaire

Pour Michel Rocard, la solution en Grèce passe par un pouvoir militaire
Michel Rocard à Monaco, le 14 décembre 2011. (Maxppp)

Michel Rocard a 81 printemps et fume des Gauloises sans filtre. En promotion pour son livre Mes points sur les I (Odile Jacob), le vieux sage a accordé vendredi une interview à Libération. Et l'oracle s'y montre plus que pessimiste.

Le Lab vous propose un petit extrait de l'interview politique à lire absolument en cette fin de semaine. 

  1. 1

    "Il ne peut y avoir d’issue en Grèce qu’avec un pouvoir militaire"

    Sur liberation.fr

    Dans une longue interview à Libération, l'ancien premier ministre socialiste a une vision très pessimiste de l'avenir, notamment pour la Grèce.

    Je fais une hypothèse, la seule du livre, c’est que l’obligation de la décroissance conduit à la guerre civile.Ce n’est pas tenable et ça pose d’ailleurs une question majeure pour la Grèce qui subit une décroissance forcée : comment fait-on dans ce contexte pour maintenir des élections ?Il n’est pas possible de gouverner ce peuple en lui disant qu’il va perdre 25 % de son revenu dans les dix ans si on tient à payer toutes les dettes.Personne ne le dit, mais il ne peut y avoir d’issue en Grèce qu’avec un pouvoir militaire.

    L'occasion de la sortie de ce livre, préfacée par François Hollande, est aussi l'occasion pour Michel Rocard de dire du bien de Nicolas Sarkozy.

    Le chef de l'Etat a fait preuve selon Michel Rocard "d'une lucidité surprenante et déracinée" sur la régulation de la finance. Et l'ancien premier ministre de François Mitterrand ajoute "C'est quand même une intelligence supérieure ce président."

  2. 2

    Un plaidoyer pro-nucléaire et anti-écolos

    Sur lelab.europe1.fr

    L'ancien Premier ministre a beau soutenir François Hollande "à 200%", il n’épargne pas ses alliés écologistes. L’ancien rival de François Mitterrand plaide faveur du nucléaire et dénonce la "stratégie diabolique des Verts".

Du rab sur le Lab