Pour Najat Vallaud-Belkacem, contrairement à 2007, une femme pourrait être élue présidente en France aujourd'hui

Publié à 10h28, le 13 avril 2015 , Modifié à 12h04, le 13 avril 2015

Pour Najat Vallaud-Belkacem, contrairement à 2007, une femme pourrait être élue présidente en France aujourd'hui
Najat Vallaud-Belkacem © MIGUEL MEDINA / AFP

En France, l’officialisation de la candidature d’Hillary Clinton pour la présidentielle américaine de 2016 a suscité de nombreux messages de félicitations – en anglais s’il vous plaît – des élus de gauche et de droite. Invitée de BFMTV lundi 13 avril, Najat Vallaud-Belkacem y est elle aussi allée de son petit message d’encouragement, estimant que la candidature de la démocrate était une "bonne chose". Avant de se livrer au jeu des comparaisons avec la France. Oui, aujourd’hui une femme pourrait très bien être élue présidente de la République, a jugé la ministre de l'Education. Ce qui n'était pas vraiment le cas en 2007. Elle explique :

- Jean-Jacques Bourdin : Hillary Clinton candidate à l’élection présidentielle américaine– en France, vous pensez qu’une femme pourrait être élue présidente de la République aujourd'hui ?



- Najat Vallaud-Belkacem : Oui, je le crois.  Les conditions n’étaient pas réunies en 2007 mais je crois qu’elles le sont aujourd’hui. 



- Jean-Jacques Bourdin : Elles ne l’étaient pas en 2007, c’est-à-dire ?



- Najat Vallaud-Belkacem : Quand Ségolène Royal était candidate.



- Jean-Jacques Bourdin : C’est pour ça qu’elle a perdu ?



- Najat Vallaud-Belkacem : Notamment.

Et celle qui était alors porte-parole de la candidate socialiste de se souvenir de "ces marchés",  sur lesquels on lui disait -"mais de façon très bien intentionnée"- "elle [Ségolène Royal] a encore des enfants jeunes, comment va-t-elle pouvoir s’en occuper si on la fait présidente de la République". "Depuis, les esprits ont changé" se félicite la ministre de l'Education nationale qui avance une raison: "Entretemps il y a eu des femmes à la tête de grands partis en France, il y a eu des femmes qui exercent des hautes responsabilités et qui ont à mon avis un petit peu changé la donne".

Des femmes à la tête des partis politiques français, il y en avait pourtant déjà en 2007. Cécile Duflot venait d'arriver à la tête des Verts (novembre 2006), Marie-George Buffet était secrétaire nationale du Parti Communiste depuis 2001. Mais en parlant de "grands partis" peut être que Najat Vallaud-Belkacem pense à Martine Aubry, qui n'a pris la tête du Parti socialiste qu'en novembre 2008 ou à... Marine Le Pen, présidente du Front national depuis le 16 janvier 2011.

En tout cas, ce n'est pas Valérie Pécresse qui la contredira, elle qui considère qu'en politique les femmes doivent être "les épinards" et non pas "le beurre dans les épinards".

[Bonus Track] J'ai changé d'avis sur le cannabis à cause de la prostitution

En 2009, Najat Vallaud-Belkacem se déclarait favorable à la légalisation du cannabis. Mais depuis, la ministre de l'Éducation nationale a changé d'avis. L'ancienne porte-parole du gouvernement aurait vu son opinion "évoluer" après son travail sur les questions de prostitutions.

"Ça a été l’occasion pour moi de rentrer dans les détails de ce que sont les trafics et de leur caractère complètement entremêlé:  trafic de de drogue, trafic du sexe, trafic des armes", raconte la ministre."Et mon opinion, c’est qu’il faut être implacable avec ces trafics. Donc oui mon opinion a changé sur ce sujet."

Du rab sur le Lab

PlusPlus