Pour rassembler LR, Raffarin demande à Fillon qu’il n’y ait "aucun rapprochement possible avec le FN"

Publié à 15h29, le 07 mars 2017 , Modifié à 15h29, le 07 mars 2017

Pour rassembler LR, Raffarin demande à Fillon qu’il n’y ait "aucun rapprochement possible avec le FN"
Jean-Pierre Raffarin. © AFP
Image Sébastien Tronche


Après plusieurs jours de psychodrame, François Fillon a repris la main sur son camp et éteint toute possibilité de plan B. Pour l’instant. Prenant acte du refus d’Alain Juppé d’être le recours de la droite pour la présidentielle, Jean-Pierre Raffarin a réuni au Sénat les troupes du maire de Bordeaux ce mardi 7 mars et demandé des preuves d’amour au candidat afin de réussir à rassembler de nouveau la droite républicaine.

Mais quelle latitude ont désormais les juppéistes, qui ont quitté avec pertes et fracas l’équipe de campagne du vainqueur de la primaire, dans cette campagne ? "Chacun définit en fonction de ses convictions le niveau de son engagement et nous comptons sur François Fillon pour qu’il fasse les signes nécessaires à un large rassemblement", a prévenu Jean-Pierre Raffarin à Public Sénat. "Nous ne demandons pas des places, mais que la campagne soit tolérante, soit ouverte", poursuit l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac et ténor de la campagne d’Alain Juppé pour la primaire. Avant de demander à François Fillon de donner des gages d’un recentrage plutôt que d’un déplacement vers sa droite :

Et qu’il n’y ait aucun rapprochement possible avec le FN.

Car la tournure de la campagne de François Fillon depuis l’irruption du "Penelope Gate" fait craindre une campagne tournée vers la droite "radicalisée", comme dirait Alain Juppé. Jean-Pierre Raffarin et les juppéistes insistent donc pour que leur sensibilité, plus modérée, soit représentée dans le camp Fillon et dans sa campagne élyséenne. Le sénateur LR de la Vienne ajoute :

Nous sommes fidèle au message d’Alain Juppé, nous voulons que ce message soit entendu dans la campagne de François Fillon, mais nous sommes loyaux à notre famille politique.

En off, l’identité des personnalités présentes au meeting d’Aubervilliers comme au rassemblement du Trocadéro nourrit ces craintes. "Samedi, au meeting d’Aubervilliers, il y avait Charles Beigbeder, Charles Millon… C’était hard" rappelle une source anonyme juppéiste à Public Sénat.

Autour de Jean-Pierre Raffarin, rapporte le média consacré à la haute assemblée, étaient présents ce mardi Benoist Apparu, Philippe Gosselin, Fabienne Keller, Jean-Baptiste Lemoyne ou encore Jean-Pierre Grand. Mais aussi Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet, Dominique Perben ou encore Gilles Boyer.



[BONUS TRACK] "Clause de conscience"

Il a été le premier parlementaire à parrainer Alain Juppé pour la présidentielle avant qu’une bonne partie de LR ne lâche François Fillon (avant de rendre les armes de leur fronde). Et ce n’est pas parce qu’aucun plan B n’a émergé que Jean-Pierre Grand va rentrer dans le rang aussi facilement. Il ne fera pas campagne pour François Fillon, dit-il, au nom de sa "clause de conscience".

Du rab sur le Lab

PlusPlus