Pour Richard Ferrand, le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron "n'a pas d'autre signification qu'une voix de plus"

Publié à 11h24, le 30 mars 2017 , Modifié à 11h32, le 30 mars 2017

Pour Richard Ferrand, le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron "n'a pas d'autre signification qu'une voix de plus"
Richard Ferrand minimise le soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron. © AFP
Image Julien Chabrout


Il s’était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP), à laquelle il a participé en janvier dernier. Qu’à cela ne tienne : oubliant son engagement, Manuel Valls a déclaré mercredi 29 mars qu’il votera pour Emmanuel Macron à la présidentielle, et non pas pour le candidat du PS, son parti, Benoît Hamon. "Ce n’est pas un ralliement, c’est le choix de la raison", a souligné l’ex-Premier ministre.

L’annonce de Manuel Valls n’a pas particulièrement enchanté Emmanuel Macron et ses soutiens, comme Richard Ferrand. Dans une interview publiée par l’Opinion mercredi soir, le secrétaire général d’En Marche! a tout simplement estimé que la déclaration de Manuel Valls n’avait aucune conséquence :

 

- Richard Ferrand : Manuel Valls a dit qu’il comptait voter pour Emmanuel Macron comme, nous l’espérons, une majorité de Françaises et de Français le feront. Ça n’a pas d’autre signification.

- Journaliste : Vous voulez dire que cela n’ira pas plus loin ?

-Richard Ferrand : Non, ce n’est qu’une voix de plus.

 Richard Ferrand réduit donc le soutien de Manuel Valls à une simple voix supplémentaire pour Emmanuel Macron, déjà crédité de 25 à 26 % selon différents instituts de sondages. Sur Europe 1, mercredi, le candidat d’En Marche! s’était déjà montré peu enthousiaste après l’annonce de l’ancien chef du gouvernement, le remerciant mais répondant "vous l’avez compris" quand on lui demandait s’il "ne gouvernerait pas forcément avec lui".

Emmanuel Macron, qui a longtemps ferraillé avec Manuel Valls lorsqu’il était ministre de l’Economie, a encore lancé une petite pique à l’égard de l’ex-candidat à la primaire de la BAP ce jeudi lors du Congrès de la Fédération nationale des syndicats exploitants agricoles (FNSEA), à Brest, selon un journaliste du Point. "J’ai un grand problème en ce moment, c’est que j’ai beaucoup de gens qui me soutiennent", a-t-il ironisé. Un problème de riche.

 



#

Du rab sur le Lab

PlusPlus