Pour sa campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon recherche des "pilleurs de banque"

Publié à 08h30, le 12 février 2016 , Modifié à 17h02, le 16 février 2016

Pour sa campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon recherche des "pilleurs de banque"
Jean-Luc Mélenchon © ALAIN JOCARD / AFP

PETITES ANNONCES – Jean-Luc Mélenchon a "proposé", mercredi 10 février sur TF1, sa candidature à la présidence de la République. Avec un objectif évident : gagner l'Élysée en 2017.

Pour atteindre ce graal, l'ancien co-président du Parti de gauche avoue s'inspirer de la campagne de Bernie Sanders, le candidat démocrate qui embête quelque peu Hillary Clinton dans la campagne des primaires du parti démocrate américain. "Je m'inspire, à ma manière, de la méthode qui a été celle de Bernie Sanders. J'ai loué la même plateforme internet que lui. Si bien que maintenant tout le monde peut se joindre à moi pour travailler sur le programme et agir", a-t-il expliqué mercredi sur le plateau du JT de TF1.

Ce site, c'est jlm2017.fr. Les internautes qui veulent appuyer la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017 peuvent le faire sur cette plate-forme. Une fois leur mail donné et leur soutien apporté, les internautes peuvent proposer leurs services afin d'aider le futur candidat dans sa campagne.

Le site demande ainsi aux soutiens de préciser leurs éventuels "savoir-faire". Les bloggeurs, cuisiniers, juristes, mécaniciens ou musiciens sont les bienvenus, tout comme les journalistes, oui oui, les journalistes que l'eurodéputé aime par-dessus tout critiquer.

Mais une autre catégorie a attiré notre attention. Comme le montre la capture d'écran ci-dessous, Jean-Luc Mélenchon recherche aussi, pour sa campagne présidentielle, des "pilleurs de banque" :



L'eurodéputé est en guerre contre les banques qui consacrent la majorité de leur bilan aux "opérations de marché essentiellement spéculatives". En septembre 2015, par exemple, il s'était insurgé contre la possible nomination au poste de gouverneur de la Banque de France de François Villeroy de Galhau, ancien dirigeant de la compagnie de crédits à la consommation de BNP, Cetelem.

Jean-Luc Mélenchon a également pris fait et cause depuis longtemps pour Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société Générale, condamné pour abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus