Pour Valérie Pécresse, la laïcité en France doit être une "laïcité de combat"

Publié à 14h01, le 27 août 2017 , Modifié à 14h49, le 26 décembre 2017

Pour Valérie Pécresse, la laïcité en France doit être une "laïcité de combat"
Valérie Pécresse. © AFP

En cette fin d'été, à droite, chaque frange de Les Républicains tentent de rassembler ses troupes, histoire de compter les survivants à cette année électorale. Chacun chez soi : les juppéistes à Bordeaux, les sarkozystes au Touquet et les proches de François Fillon à La Baule.

Ce dimanche 27 août, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse sont au Touquet pour le campus des Jeunes républicains. La présidente de la région Île-de-france y prononce le discours de clôture où elle rappelle que la droite a "perdu l'imperdable" lors de la présidentielle. Valérie Pécresse développe sa vision de la "droite gaulliste sociale, [...] une droite authentique pas ralliée avec Macron ni heureuse avec le FN". Puis, elle égraine son action à la tête de la région : suppression de "la gratuité à 75% des transports pour les étrangers illégaux", close Molière et… laïcité.

Et à ce propos, voici ce que déclare Valérie Pécresse :

 

"

J'ai fait voter une charte de la laïcité, tous ceux qui sont subventionnés par la région doivent la respecter. [...] Il faut que nous soyons très fermes sur la laïcité. Notre laïcité est une laïcité de combat !

"

 

 

Une "laïcité de combat" qui ne l'avait pas empêchée, lorsqu'elle était candidate aux régionales, de draguer l'électorat juif à trois jours du second tour des élections.

Valérie Pécresse a également annoncé qu'elle lancera son mouvement "Libres !" à Argenteuil, le 10 septembre prochain, lieu choisi car "dans ces banlieues très populaire, longtemps qu'on a pas vu des gens de droite".

 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus