Pour Virginie Calmels, les responsables de la défaite d’Alain Juppé à la primaire "sont aujourd’hui à Matignon"

Publié à 07h20, le 18 octobre 2017 , Modifié à 15h16, le 18 octobre 2017

Pour Virginie Calmels, les responsables de la défaite d’Alain Juppé à la primaire "sont aujourd’hui à Matignon"
Virginie Calmels. © AFP

Virginie Calmels était programmée pour être l’héritière d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. Une hypothèse qui a pris du plomb dans l’aile avec le ralliement en fanfare de l’ex-patronne d’Endemol à Laurent Wauquiez qui lui a promis la vice-présidence de Les Républicains s’il en était élu président en décembre. Un destin qui aurait pu être différent si Alain Juppé avait remporté la primaire de la droite face à François Fillon.

L’ambitieuse adjointe au maire de Bordeaux revient d’ailleurs sur la campagne pour la primaire de la droite de son ex-champion dans les colonnes du Figaro de ce mercredi 18 octobre. Et celle qui soutient désormais Laurent Wauquiez de déplorer un glissement d’Alain Juppé vers une ligne trop à gauche encouragée selon elle par Gilles Boyer, l’ex-conseiller de l’ancien Premier ministre, "qui a généré le concept de l'identité heureuse". "Je pense qu'Alain Juppé a commis une erreur en se laissant enfermer là-dedans", insiste-t-elle.

Surtout, Virginie Calmels en profite pour régler ses comptes avec ces anciens juppéistes ralliés à Emmanuel Macron que sont le Premier ministre Edouard Philippe et son conseiller à Matignon, le même Gilles Boyer, responsables selon elle de la défaite d’Alain Juppé à la primaire :

"

Les principaux artisans de la défaite d'Alain Juppé sont ceux qui sont justement aujourd'hui à Matignon.

"

Et qui, selon Christian Estrosi, mènent une politique de droite.

[EDIT 15h15]

Alain Juppé a répliqué à Virginie Calmels, tout en sous-entendus :

Du rab sur le Lab

PlusPlus