Pourquoi François Bayrou existe toujours politiquement (selon François Bayrou)

Publié à 11h21, le 12 octobre 2017 , Modifié à 11h24, le 12 octobre 2017

Pourquoi François Bayrou existe toujours politiquement (selon François Bayrou)
© DAMIEN MEYER / AFP
Image Amandine Réaux


Ce jeudi 12 octobre, François Bayrou était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV/RMC. Pourquoi ?, êtes-vous peut-être tentés de nous demander. Pourquoi le patron du MoDem et maire de Pau n'a-t-il pas été frappé par la vague de dégagisme ? Pourquoi continue-t-il à exister politiquement après trois échecs à la présidentielle et une démission fracassante du gouvernement ?

Heureusement, le principal intéressé se propose de répondre à cette interrogation *essentielle*. Voici ce que l’éphémère garde des Sceaux explique à son intervieweur, d’abord sur le ton de la plaisanterie, puis sérieusement "sans modestie" :



- Jean-Jacques Bourdin : Comment faites-vous pour exister toujours politiquement ?

- François Bayrou : Eh bien, parce que vous m’invitez, vous voyez.

- Jean-Jacques Bourdin : François Bayrou…

- François Bayrou : Je vis uniquement grâce à vous…

- Jean-Jacques Bourdin : … je vous crois pas une seconde.

- François Bayrou : .. grâce à votre compréhension bienveillante. [Rires]

- Jean-Jacques Bourdin : Bon.

- François Bayrou : Vous savez pourquoi ? Allez, je vais répondre sans modestie : parce que l’existence en politique, elle est commandée par les idées fortes, les idées qui au début sont minoritaires et puis qui au bout de quelques années s’avèrent juste. Et ceux qui maintiennent le cap, qui laissent pas tomber le drapeau et qui défendent, souvent envers et contre tout et envers et contre tous, une vision de l’avenir qui est une vision forte, alors ceux-là existent.


Interrogé sur le rôle politique qu’il joue auprès d’Emmanuel Macron, François Bayrou répond "influence politique" :

Je le rencontre, je lui parle. Je sais pas si c’est 'jouer un rôle' parce que j’ai jamais eu l’idée que l’influence politique soit un rôle.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus