Les partisans de Fillon assurent avoir gagné de 26 voix

Publié à 14h23, le 21 novembre 2012 , Modifié à 06h52, le 22 novembre 2012

Les partisans de Fillon assurent avoir gagné de 26 voix
François Fillon entouré de ses partisans, le 12 novembre 2012, à Paris.
Image Paul Larrouturou

Par

LIVETWEET - Eric Ciotti, directeur de campagne de François Fillon, assure qu'après avoir refait les comptes qui ont conduit à l'élection de Jean-François Copé comme président de l'UMP, 1304 voix ultra-marines n'ont pas été prises en compte. Et qu'au final, selon les fillonistes qui demandent à la fameuse Cocoe de le reconnaître, leur champion est élu avec...26 voix d'avance.

[14H35] La conférence de presse surprise est suivie en direct par @ivalerio qui tweete : 

Déclaration à la presse de @vpecresse, @eciotti et @laurentwauquiez, à l'Assemblée. On les attend. #umptwitter.com/ivalerio/statu…

— Ivan Valerio (@ivalerio) Novembre 21, 2012





































































Wauquiez, Ciotti et Pecresse demande à la Cocoe de rétablir le résultat avec 3 fédérations non comptées. #UMP

— Ivan Valerio (@ivalerio) Novembre 21, 2012



































Pour la team Fillon, il manque donc 1304 voix au décompte. Patrice Gélard, pdt de la Cocoe, a reconnu cette erreur ce matin au tel avec FF.

— Ivan Valerio (@ivalerio) Novembre 21, 2012



































































Si la Cocoe rétablit le résultat : François Fillon 88 004 voix, Jean-François Copé 87 978 voix, selon les comptages de la team Fillon.

— Ivan Valerio (@ivalerio) Novembre 21, 2012

































Soit à peine 26 voix d'avance en faisant la soustraction ... 

Une conférence de presse à revoir en vidéo ci-dessous :



[15H02] Dans un communiqué, ci-dessous en intégralité, François Fillon appelle Alain Juppé à la rescousse :



Notre parti est dans l'impasse.Je demande à Alain Juppé de prendre la tête du mouvement de manière transitoire afin de trouver les voix et moyens pour sortir de l'impasse.[...]Une solution de concorde est nécessaire.

"Evidemment, Alain Juppé a dit oui", assure au JDD un membre de l'équipe de François Fillon.  





































[15H03] Réaction très énervée de Jean-François Copé, lui aussi à l'Assemblée, sur BFM TV, quelques minutes plus tard :

J’appelle à nouveau François Fillon, et l’ensemble de ceux qui l’entourent à prendre la main que je leur tends, l’heure est à construire ensemble.Franchement on est d’abord là pour essayer de construire les choses pas pour repartir dans des situations de tension qui ne sont plus d’actualité. Je n’ai jamais été informé de quoi que ce soit, je n’ai pas connaissance de cela. Les résultats ont été proclamés.Il y a des statuts qui font que si jamais on les conteste, on peut aller devant une commission des recours. Pas de problème, on ira s’il le faut, on montrera tous les éléments, on regardera si ce qui s’est passé à Nice etc.
Tant qu’il n’y a pas d’autre décision, le président reste le président. […] Essayons d’être dans l’apaisement pas dans le chicaillement. Nous avons convenu ce matin de nous voir la semaine prochaine pour parler rassemblement. Je ne comprends plus rien à tout ça.

[15H30] Fin de non recevoir également de la part de Patrice Gélard, président de la la Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales interne à l'UMP qui déclare à l'AFP que "la Cocoe ne peut plus revenir sur les résultats" : .

Nous avons rendu les résultats publics lundi soir au vu des informations dont on disposait. C'était une décision de la Cocoe et les deux parties étaient parfaitement au courant (...) Dès lors, je ne suis plus saisi. Dorénavant, toute contestation doit être adressée, le cas échéant, à la commission des recours.

>> Pour toutes les réactions à cette bombe, c'est par ici.

>> Pour les questions au gouvernement, juste à côté, c'est par là.

[16h13] François Fillon envoie à la presse l'intégralité des résultats, validés par la Cocoe, département par département : 



Autre document envoyé par l'équipe de François Fillon à la presse, les résultats détaillés, motion par motion : 



[17H]Alain Juppé fait savoir qu'il a "besoin de réfléchir" à la proposition d'un intérim à la tête de l'UMP. "Je suis un homme de réflexion pas d'impulsion.", indique l'ancien Premier ministre à BFMTV qui l'interrogeait sur ce point.

Il précise ensuite sur twitter que, selon lui, les conditions ne sont pas réunies pour sa présidence provisoire :

Un appel m'a été lancé pour organiser une médiation.

— Alain Juppé (@juppealain) Novembre 21, 2012

































J'y suis prêt à la condition absolue qu'elle se fasse avec l'accord et la collaboration des 2 parties.

— Alain Juppé (@juppealain) Novembre 21, 2012

































Cette condition n'est à l'évidence pas remplie aujourd'hui.

— Alain Juppé (@juppealain) Novembre 21, 2012

































Du rab sur le Lab

PlusPlus