Présidence de LR : Accoyer ne prendra pas position mais verrait bien le juppéiste Maël de Calan candidat

Publié à 10h54, le 02 septembre 2017 , Modifié à 10h54, le 02 septembre 2017

Présidence de LR : Accoyer ne prendra pas position mais verrait bien le juppéiste Maël de Calan candidat
Bernard Accoyer. © AFP

Trois mois avant le premier tour du scrutin, ils sont déjà quatre à prétendre la présidence de LR avec notamment en lice, c’est désormais officiel, l’archi-favori mais très décrié Laurent Wauquiez. Mais puisqu’il existe "un risque" d’éclatement de LR si le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes l’emporte, dixit Valérie Pécresse, les juppéistes et autres LR Macron-compatibles réfléchissent à une candidature à même de faire barrage à celui qui représente la ligne droitière et plus identitaire du parti.

Proche de François Fillon à l’origine et nommé par l’ancien candidat à la présidentiel secrétaire général de LR, Bernard Accoyer affirme ce samedi 2 septembre au Figaro qu’il ne soutiendra aucun candidat dans cette élection. "En tant que secrétaire général, je ne prendrai pas position mais je veillerai, avec vigilance et exigence, aux côtés d’Anne Levade, présidente de la Haute autorité, au bon déroulement des débats, de l’élection et au respect de tous", assure l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Pourtant, discrétos, au détour d’une petite phrase, Bernard Accoyer plaide pour une candidature du juppéiste Maël de Calan, qui a réuni cette semaine ses proches pour envisager de se porter candidat contre Laurent Wauquiez. Ainsi Bernard Accoyer lâche-t-il :

"

Quatre et certainement d’autres (candidats, ndlr) ! Des candidatures, comme celle de Maël de Calan, seraient légitimes. Il faut que le débat ait lieu à l'intérieur des Républicains.

"

Conseiller départemental du Finistère et proche d’Alain Juppé, Maël de Calan, qui a jugé que la droite "très conservatrice" de Laurent Wauquiez n’était pas majoritaire, pourrait donc se lancer face à Laurent Wauquiez, Florence Portelli, Daniel Fasquelle et Laurence Saillet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus