Présidence LR : le parti Agir dénonce un Laurent Wauquiez "illégitime" et une élection truquée

Publié à 22h06, le 10 décembre 2017 , Modifié à 10h49, le 26 décembre 2017

Présidence LR : le parti Agir dénonce un Laurent Wauquiez "illégitime" et une élection truquée
Frédéric Lefebvre. © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

"Les dés étaient pipés." Voici la façon dont Frédéric Lefebvre, délégué national à Agir (feu Les Constructifs) commence son communiqué pour évoquer la victoire de Laurent Wauquiez à la tête de Les Républicains. Ce dimanche 10 décembre, l'ancien député LR dénonce une élection "entachée du soupçon de tricherie".

Frédéric Lefebvre écrit :

 

Sans surprise la sanction est tombée : une participation revendiquée très faible de 40%, malgré des pratiques douteuses sur l'émission massive de codes à des non adhérents. Une compétition, entachée du soupçon de tricherie, avec des listes électorales faisant la part belle aux démissionnaires et aux morts. J'ai moi-même, démissionnaire le 8 juin dernier, il y a donc déjà 6 mois, reçu des codes pour voter comme tant de parents de défunts que j'ai vu témoigner sur les réseaux sociaux, à propos des codes qui avaient été émis pour leur père ou pour leur mère.

Le 8 décembre, Frédéric Lefebvre avait publié sur Twitter des photos d'une lettre de Les Républicains lui donnant ses codes personnels pour voter lors de l'élection à la présidence du parti, parti qu'il a pourtant quitté en juin dernier (mais dont il reste adhérent à jour de cotisation au 31 décembre 2016, condition pour pouvoir voter).

Du coup, ce dimanche dans son communiqué, Frédéric Lefebvre demande : "Que sont devenus tous ces codes ?" Il va même jusqu'à affirmer que "des candidats ont été empêchés de se présenter à l'image de Julien Aubert", qualifiant Laurent Wauquiez de "président illégitime", avant de lancer :

 

Ce triste 10 décembre sonne la fin du grand mouvement de la droite et du centre voulu par Jacques Chirac.

 

Face à ce constat, pour Frédéric Lefebvre, il ne reste plus qu'une chose à faire : rejoindre le nouveau parti de centre-droit Agir.

Du rab sur le Lab

PlusPlus