Présidentielle : ces 6 villes FN où Emmanuel Macron a battu Marine Le Pen

Publié à 05h47, le 08 mai 2017 , Modifié à 07h33, le 08 mai 2017

Présidentielle : ces 6 villes FN où Emmanuel Macron a battu Marine Le Pen
Marine Le Pen cherchant où trouver des scores réconfortants en ce soir de second tour de la présidentielle © Sebastien Bozon / AFP
Image Etienne Baldit


À DOMICILE COMME À L'EXTÉRIEUR - D'accord, Marine Le Pen a perdu l'élection présidentielle. Mais 1) cela n'est pas une raison pour faire la tête et un petit pas de danse permet souvent d'oublier une partie de la déception ; 2) accéder au second tour et y récolter 11 millions de voix (presque 34%), c'est déjà historique. Et 3) il est des villes où la candidate d'extrême droite peut se réconforter en analysant des scores qui sont la traduction concrète du "on est chez nous" entonné par ses partisans en meeting.

Prenez Hénin-Beaumont, par exemple. C'est l'une des municipalités dirigées par le FN où Marine Le Pen réalise l'un de ses meilleurs scores. 61,56% des suffrages pour être exact, contre 38,44% pour Emmanuel Macron. On imagine que malgré la victoire globale de ce dernier, le maire de la ville, Steeve Briois, a pu dormir sur ses deux oreilles. Sentiment du devoir accompli également pour Julien Sanchez, maire frontiste de Beaucaire : sur ses terres, la présidente-en-congé-mais-plus-pour-longtemps-du-FN recueille 55,47% des suffrages, contre 44,53% pour Emmanuel Macron. Au Luc, dans le Var, la fille de Jean-Marie Le Pen totalise 56,64% des voix contre 43,36% pour le vainqueur du soir. À Cogolin, dans le Var également, elle l'emporte à 51,92% contre 48,08% pour Emmanuel Macron. 

>> À lire : Chez Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Macron écrase Marine Le Pen

Mais hormis ces quelques réjouissances, les villes FN n'ont pas souri à Marine Le Pen, dimanche 7 mai. Il y a celle où la leader frontiste arrive tout juste en tête : à Fréjus, chez son directeur de campagne David Rachline, elle culmine à 50,71%, contre 49,29% pour Macron. Il s'en est fallu de peu.

Dans toutes les autres municipalités frontistes, c'est Emmanuel Macron qui l'emporte. Cyril Nauth, maire FN de Mantes-la-Ville (Yvelines), ne peut que constater que 68,04% de ses administrés ont voté Macron, et seulement 31,96% pour Le Pen. Même désaveu cinglant pour Stéphane Ravier, sénateur-maire FN du 7e secteur de Marseille : chez lui, Marine Le Pen dépasse tout juste la barre des 40% (40,48), quand Emmanuel Macron approche des 60 (59,52%). Chez Robert Ménard, à Béziers (Hérault), l'ex-ministre de l'Économie arrive également devant (52,69% contre 47,31%). Même score ou presque à Hayange (Moselle), où Macron l'emporte avec 52,46% des suffrages contre 47,54% pour Le Pen.

Et puis cela s'est parfois joué à rien. Mais que ce soit à Villers-Coterêts (50,18% contre 49,82%) ou au Pontet (50,80% contre 49,20%), Emmanuel Macron s'impose encore en terre d'extrême droite. À noter que Marine Le Pen n'arrive en tête que dans deux départements sur toute la France  : avec 52,9% dans l'Aisne et 52,1% dans le Pas-de-Calais. Finalement, on n'est plus chez soi nulle part.

[BONUS TRACK]

Emmanuel Macron, on le sait, n'avait jamais été élu auparavant. Difficile donc de chercher son "fief" électoral pour y regarder les scores du second tour. Tout juste peut-on constate qu'à Amiens, où il est né, il totalise 72,63% des suffrages contre 27,37% pour Marine Le Pen. Et au Touquet (Pas-de-Calais) où lui et son épouse ont une résidence secondaire, c'est une victoire à 81,08% pour le nouveau président de la République. Home sweet home...





À LIRE SUR LE LAB :

> VIDÉO – Après Mitterrand au Panthéon, voici Macron au Louvre 

VIDÉO - La première image du Président Macron est un bon gros fail : "déroule le prompteur"

Du rab sur le Lab

PlusPlus