Présidentielle : Manuel Valls votera pour Emmanuel Macron mais ne le rallie pas

Publié à 08h34, le 29 mars 2017 , Modifié à 08h45, le 29 mars 2017

Présidentielle : Manuel Valls votera pour Emmanuel Macron mais ne le rallie pas
Manuel Valls et Emmanuel Macron. © AFP
Image Sébastien Tronche


Cela ne faisait guère de doutes, étant donnée la virulence de ses critiques à l’égard de la campagne de Benoît Hamon qu’il a refusé de parrainer, mais Manuel Valls votera bel et bien pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. Et ce, même s’il s’était engagé à soutenir, et donc voter, pour le vainqueur de la primaire de la BAP à laquelle il a participé.

L’ancien Premier ministre PS de François Hollande a annoncé solennellement son choix ce mercredi 29 mars sur BFMTV à l’occasion de sa première grande interview télévisée depuis sa défaite contre Benoît Hamon :



Non, je ne voterai pas pour Benoit Hamon. Cette élection présidentielle est folle et inédite et traduit une décomposition de la vie politique. Rien n’est joué dans cette élection présidentielle, ni pour le premier, ni pour le second tour. Oui, je voterai pour Emmanuel Macron car il ne faut prendre aucun risque pour la République. Je prends mes responsabilités. (..) Je n'ai rien à négocier. Ce n'est pas un ralliement, c'est le choix de la raison.

Mais que va faire Jean-Christophe Cambadélis face à ce rapprochement de Manuel Valls vers Emmanuel Macron ? Sera-t-il sanctionné pour ne pas soutenir le candidat du PS qu'il s'était à la base engagé à soutenir en signant la charte de la primaire ?

Mardi, Manuel Valls avait réuni ses soutiens pour leur faire part de sa décision. "Il nous a dit que le vote utile face à Le Pen, c’est Macron", rapportait un participant au Parisien.

À la veille de la première intervention télévisée de Manuel Valls depuis la primaire, Emmanuel Macron a fait montre d’autorité. Lors d'une conférence de presse destinée notamment à clarifier les contours de son éventuelle future majorité présidentielle, le candidat d’En Marche ! a d’abord dit qu’il ne "ferm[ait] la porte à personne", à propos d’un éventuel ralliement de son ancien n+1. Il a toutefois fait savoir que soutien ne vaudrait pas automatiquement récompense. Emmanuel Macron avait également récemment affiché une fin de non-recevoir à un éventuel ralliement vallsiste, en disant ne pas avoir ouvert "une maison d'hôtes".

Malgré cela, l’objectif de Manuel Valls, selon l’AFP, est de constituer un pôle de députés dans la future Assemblée nationale avec le plus de poids politique possible pour jouer les "faiseurs de rois" dans la majorité de recomposition qu'ambitionne Emmanuel Macron.

"Que Manuel Valls ne soutienne pas le candidat élu à la primaire de la Gauche est une déception !" a sobrement anticipé Benoît Hamon ce mercredi sur France 2 qui rappelle que "on le sait depuis une semaine", dénonçant "un feuilleton destiné à m’affaiblir".

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Benoît Hamon évoque de lui-même le potentiel ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron 

> Manuel Valls et François Bayrou (soutien de Macron) se rencontrent ostensiblement en plein Paris 

> Benoît Hamon fait la leçon à Valls sur la "démocratie" et "le respect de la parole donnée" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus