Présidentielle : Montchamp est la première sarkozyste et ancienne ministre de Fillon à soutenir Macron

Publié à 08h19, le 28 mars 2017 , Modifié à 17h03, le 28 mars 2017

Présidentielle : Montchamp est la première sarkozyste et ancienne ministre de Fillon à soutenir Macron
Marie-Anne Montchamp avec François Fillon. © AFP
Image Sébastien Tronche


BRÈVE DE CAMPAGNE - Emmanuel Macron continue de ratisser large. Très large. Après des centristes, des chiraquiens et des juppéistes, des socialistes, voilà qu’Emmanuel Macron recrute chez les sarkozystes. Ce mardi 28 mars, c’est l’ancienne ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, sous le gouvernement Fillon, Marie-Anne Montchamp, qui a décidé de rallier le candidat d’En Marche pour l’élection présidentielle. Elle l’annonce sur franceinfo: :

J’ai fait le choix de soutenir Emmanuel Macron. Il a le projet le plus innovant. Je continuerai à porter mes combats auprès de lui. (…) Le rassemblement derrière Emmanuel Macron est en marche. Il se poursuivra.

Pour ne pas connaître le sort de Jean-Baptiste Lemoyne, premier parlementaire LR à avoir rejoint Emmanuel Macron et à quitter le parti avant même le verdict de la procédure d'exclusion lancée à son encontre, Marie-Anne Montchamp, qui avait soutenu Nicolas Sarkozy lors de la primaire de la droite, prend les devants et quitte son parti, selon les informations de Marianne.

Voici la lettre de démission de LR de Marie-Anne Montchamp :



Dans une lettre adressée à Marie-Anne Montchamp et dévoilée par Le Figaro, Bernard Accoyer a dénoncé le ralliement selon lui "contre nature" de l'ancienne ministre à Emmanuel Macron. Le secrétaire général des Républicains affirme que François Fillon "est le seul aujourd'hui à faire de la pérennité de notre modèle social une priorité absolue de son projet", alors que Marie-Anne Montchamp est particulièrement investie sur les questions sociales. Bernard Accoyer a aussi ironisé sur les récentes candidatures de Marie-Anne Montchamp :



Nos instances ont toujours été à l'écoute de votre volonté de reconquérir un ancrage politique local après votre départ du Val-de-Marne, que ce soit au Bénélux (elle était candidate aux législatives en 2012 dans cette circonscription des Français de l'étranger, ndlr) ou, plus récemment à Nantes (aux municipales de 2014, ndlr).

[EDIT 16h45] Ajout des propos de Bernard Accoyer

Du rab sur le Lab

PlusPlus