Primaire : même si Gérard Filoche a ses parrainages, il envisage de se retirer "en tout dignité" au profit de Montebourg ou Hamon

Publié à 13h59, le 15 décembre 2016 , Modifié à 17h27, le 15 décembre 2016

Primaire : même si Gérard Filoche a ses parrainages, il envisage de se retirer "en tout dignité" au profit de Montebourg ou Hamon
Gérard Filoche © DR

"Oui, je dépose le nombre de parrainages nécessaires." Gérard Filoche faisait preuve d'une certaine confiance, mercredi 14 décembre, sur RMC. "Je crois que j'aurais les soutiens nécessaires pour déposer ma candidature à la primaire de gauche", insistait encore le socialiste sur France Inter.

Ce jeudi, en revanche, Gérard Filoche est un peu moins confiant. Invité de l'émission .pol Le Lab / Linternaute.com / Le Huffington Post / Le JDD, celui qui ambitionne de se présenter face à Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel et compagnie, pense qu'il ne sera pas en mesure de se lancer. Ce n'est pas parce qu'il lui manquerait un ou deux parrainages nécessaires. "J'ai le nombre suffisant" de parrainages, jure-t-il. Mais pourtant, le socialiste envisage déjà de se retirer.

Il dit :

"

Même si j'ai les signatures, si je suis reconnu, je n'exclus pas début janvier de me retirer en toute dignité et responsabilité, en discutant avec celui qui sera le mieux placé pour gagner.

 

"


 Le candidat "le mieux placé pour gagner", oui, mais surtout pour battre Manuel Valls comme il le reconnaît lui-même. Et donc Arnaud Montebourg ou Benoît Hamon. " Je vais argumenter pour le battre et le [Manuel Valls, NDLR] réduire à 5%", dit-il, assurant en revanche qu'il ne se présentera pas en dehors du cadre de la primaire. Il explique :

"

Je suis pour un candidat unique de toute la gauche alors je ne vais pas en rajouter un dans ces conditions-là.

 

"

Les noms des candidats à la primaire de la Belle Alliance Populaire seront donnés samedi 17 décembre, aux alentours de 17h, par la Haute autorité.

De toutes façons, Gérard Filoche est quasiment persuadé que sa candidature ne sera pas validée. Tout ça à cause de Jean-Christophe Cambadélis. "Il y a un distinguo. Selon moi, je suis candidat, je suis légitime, je suis en campagne, j'ai les signatures pour, mais je sens bien qu'il y a un point d'interrogation au-dessus de ma tête", explique-t-il, citant un article du Canard Enchaîné du 14 décembre et selon lequel la direction du PS veut à tout prix empêcher la candidature de Gérard Filoche. "Ils vont éplucher mes signatures", indique ce dernier.



#

Du rab sur le Lab

PlusPlus