Primaire : sans rire, Borgel vante la "transparence" et la "parfaite cohérence" des chiffres de la participation

Publié à 11h34, le 24 janvier 2017 , Modifié à 12h28, le 24 janvier 2017

Primaire : sans rire, Borgel vante la "transparence" et la "parfaite cohérence" des chiffres de la participation
Christophe Borgel, organisateur serein de la primaire de la BAP © JOEL SAGET / AFP
Image Etienne Baldit


EST-CE CLAIR ? - Vous n'avez rien compris aux chiffres de la participation à la primaire de la Belle Alliance Populaire ? Ce n'est pas anormal, vous n'êtes pas seul. La confusion a été totale durant environ 24 heures, à partir de dimanche 22 janvier au soir. En revanche, Christophe Borgel a pour sa part tout compris et trouve cette histoire "parfaitement" claire.

"On est dans la parfaite cohérence", a ainsi expliqué le président du Comité national d'organisation de la primaire sur RMC mardi 24 janvier, au sujet des diverses annonces de chiffres parfois contradictoires (et surtout suspects, la faute à "un bug" ou plutôt à "une erreur humaine" d'un "permanent du PS" comme l'a avancé tour à tour le même Christophe Borgel) qui ont jalonné la journée de la veille. Mais sa propre démonstration est, elle aussi, agrémentée de quelques incohérences.

>> À lire : Dans un mail aux organisateurs, la Haute autorité de la primaire se félicite et dénonce le "primaire bashing"

Face à Jean-Jacques Bourdin ce mardi, le "monsieur élections" du PS a d'abord déclaré :

Hier soir, la Haute autorité l'a annoncé : sur la base de près de 95% des bureaux de vote dépouillés, on est juste au-dessous d'1,6 million de votants. 1 million 597.000, par là. Et il y aura donc, quand on sera à 100%, comme je le dis depuis dimanche soir, entre 1,6 et 1,7 million de votants.

Notez bien ce chiffre d'1,597 million, il est important pour la suite. Car il y a ici une première contradiction avec ces propos de Thomas Clay, dimanche soir peu après 20h30 : "Nous serons entre 1.5 et 2 millions, sans doute plus proche de 2 millions", avait affirmé le grand chef de la Haute autorité de la primaire. À cela, Christophe Borgel préfère répondre par l'auto-dérision :

Oui mais ça voudrait dire qu'on a dégonflé, donc y'a pas matière à nous accuser de quoi que ce soit.

Ce qui a le mérite de lui permettre d'éviter de répondre à la question : sur quelles bases factuelles Thomas Clay a-t-il pu évoquer cette barre des 2 millions, dont on est finalement bien loin ?

Dénonçant ensuite un "emballement médiatique", Christophe Borgel reprend : "Le dimanche soir, Thomas Clay communique des chiffres sur 79% des bureaux remontés, où il dit : 'Il y a 1 million 450.000 votants'. Le lendemain matin, il communique des chiffres sur 95% des bureaux de vote en disant : 'On passe le 1,6 million de votants'." Or, le dernier chiffre officiel communiqué est toujours inférieur à ceci puisqu'il s'agit de notre fameux 1,597 million, dans l'attente des 5% de bureaux de vote restants. Christophe Borgel choisit ensuite 1) de faire l'éloge de la "transparence" et l'absolue sécurité du processus de comptage des suffrages et 2) de dénoncer les responsables politiques qui accusent le PS de bidouiller les chiffres :

Honnêtement, Jean-Jacques Bourdin. Hier, la Haute autorité a publié les résultats pour chaque candidat sur la base de 94,45% des bureaux validés. Comment remontent les résultats ? C'est ceinture et bretelles. Ceinture parce que les présidents [des bureaux de vote] remontent directement à la Haute autorité leurs résultats ; bretelles parce que la haute autorité les valide sur la comparaison avec le procès verbal.

Je vous invite à venir, à prendre au hasard des bureaux de vote, ceux que vous voulez, et à demander à comparer le résultat avec le PV. Je vous invite à le faire. C'est totalement transparent. Parce que c'est pas parce que dès dimanche soir Alexis Corbière du Parti de Gauche et monsieur Accoyer des républicains mettent en cause la participation, qu'il faut que l'ensemble du petit monde médiatique vienne suivre en disant 'ben oui, y'a une gonflette'. Qu'il y ait une erreur hier matin d'un permanent du Parti socialiste, je l'ai reconnu. [...] Je l'ai reconnu et j'ai envie de dire : je suis responsable de l'organisation de la primaire, j'ai pas pour habitude de me défausser sur les autres. Donc si quelqu'un veut me mettre un coup sur les doigts, qu'il me le mette.

On avait pourtant eu l'impression que l'intéressé s'était justement quelque peu "défaussé" depuis dimanche : d'abord sur le "froid polaire" qui expliquait selon lui la faible participation, ensuite sur le "bug" puis le "permanent du PS" responsables des problèmes de chiffres. Mais passons. Car Christophe Borgel lance sa tirade finale :



Mais il y a honnêtement un emballement médiatique sur une participation annoncée et re-confirmée hier soir sur 95% des bureaux de vote qui est parfaitement en cohérence avec ce qui a été annoncé à midi, ce qui a été annoncé à 17 heures et ce qui a été annoncé tout au long de la soirée de dimanche. On est dans la parfaite cohérence.

Ce qui précède démontre pourtant le contraire.

¯\_(ツ)_/¯





[BONUS TRACK] Et la droite alors ?

Quant au fait de savoir quand diable les chiffres définitifs de la participation seront enfin connus, le président du Comité d'organisation de la primaire "espère" que cela arrivera "dans la journée". Et d'ajouter que ceux de la primaire de la droite et du centre avaient mis plus de temps à être connus, fin novembre :



Je rappelle que pour la primaire de la droite, ils sont arrivés dans la nuit de mercredi à jeudi. Hier soir on était à 95% des bureaux validés, ce qui était loin d'être le cas dans la primaire de la droite, le lundi soir.

Du rab sur le Lab

PlusPlus