PSA reconnaît avoir retardé l'annonce du plan social à cause de la campagne

Publié à 09h04, le 13 juillet 2012 , Modifié à 09h30, le 13 juillet 2012

PSA reconnaît avoir retardé l'annonce du plan social à cause de la campagne
Frédéric Saint-Géours, directeur des marques de PSA (Maxppp).

"On n'allait pas en faire un enjeu de campagne". Cela sonne comme un aveu : la direction de PSA n'a pas souhaité communiquer plus tôt son plan social afin de ne pas troubler les campagnes législative et présidentielle. Frédéric Saint-Géours, directeur des marques chez PSA, sur France Inter vendredi matin, a reconnu que l'annonce des 8.000 suppressions de postes a été retardée en raison des élections.

De son côté, la gauche dénonce des plans sociaux "cachés" par le précédent gouvernement.

  1. "On n'allait pas mettre ceci sur la table pour en faire un enjeu de la campagne électorale"

    Sur franceinter.fr

    Sur France Inter, Frédéric Saint-Géours, représentant de la direction de PSA l'a reconnu : la firme a retardé l'annonce du plan social en raison des campagnes électorales. 

    Nicolas Sarkozy et la majorité d'alors ont-ils influencé la direction de Peugeot afin de ne pas annoncer la mauvaise nouvelle à quelques semaines du scrutin ? Le directeur des marques de PSA contourne mais admet qu'il n'était pas question de faire de cette annonce de suppressions de postes un enjeu de la campagne électorale : 

    "

    Vous imaginez bien que lorsqu'on a des décisions si difficiles à prendre, on regarde tous les scénarios avant de prendre sa décision. Effectivement, en terme de calendrier, ça s'est produit au printemps. On n'allait pas mettre ceci sur la table pour en faire un enjeu de la campagne électorale". 

    "

    De son côté, le gouvernement actuel dénonce des plans sociaux "cachés" par l'équipe de Nicolas Sarkozy et François Fillon.

    Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, affirme, sur iTélé vendredi matin, que la droite était "tout à fait au courant" et les accuse d'avoir fait pression pour que l'annonce soit reportée :

    "

    Moi je crois que le gouvernement précédent était tout à fait au courant de ce qui se préparait et qu’il a obtenu le silence de PSA pour s’éviter de subir les foudres en pleine campagne électorale d’une telle annonce.

    "

    Michel Sapin s'interrogeait également sur France Inter, jeudi : 

    "

    Il y a des nouvelles mauvaises qui vont être annoncées, pourquoi n'ont-elles pas été annoncées il y a quatre mois, ou cinq mois ou six mois d'ailleurs ?

    "

     

Du rab sur le Lab

PlusPlus