Le Periscope, l'application chouchou de la droite ?

Publié à 17h56, le 01 avril 2015 , Modifié à 15h06, le 02 avril 2015

Le Periscope, l'application chouchou de la droite ?
© VALERY HACHE / AFP

POLITIQUE 2.0 - Periscope est le nouveau doudou des politiques. Depuis son apparition sur la Toile le 26 mars, cette application de streaming sur Twitter est de plus en plus utilisée par les élus, surfant sur une vague trendy. Enfin, pas tous. Si on compte depuis le 29 mars comme utilisateurs la mairie de Bayonne, celle de Gatineau, Jean Christophe Lagarde ou Nicolas Sarkozy, la gauche n'est pas encore fan de cet outil "moderne".

Selon des informations du Lab, l'Élysée comme le gouvernement n'ont pour l'instant aucune intention d'utiliser l'application. De crainte sans doute d'avoir des commentaires en direct non filtrés.

Côté UMP, on frôle l'addiction. Depuis la toute première utilisation de l'application par Bruno Le Maire le 26 mars, des vidéos ont fleuri à la vitesse de l'éclair du côté de la rue de Vaugirard. D'abord pour diffuser le discours de victoire des départementales de Nicolas Sarkozy le 29 mars, puis pour la conférence de presse hebdomadaire du parti le lendemain. Le premier tweet : 



Malheureusement, impossible de voir la vidéo prise ce jour-là sur un marché de l'Eure où l'on verrait le député UMP. Si Periscope permet d'enregistrer les vidéos prises pour les diffuser plus largement, Bruno Le Maire ne l'a encore jamais fait.

Contacté par le Lab, l'équipe de communication de Bruno Le Maire se dit "ouverte à tout ce qui est nouveau" :

"

Avec les contraintes économiques, les médias ne peuvent pas tout suivre. [Periscope] permet de filmer de petites séquences, dans des endroits où il n'y a pas forcément besoin de dix caméras. (...) Les politiques  fabriquent de plus en plus leur propre information et deviennent leur propre média.

"

Une manière de toucher plus d'électeurs potentiels sur les internets, même si l'on ignore encore si cette application sert vraiment la communication politique. Sur ce point, l'équipe de Bruno Le Maire se veut pragmatique :

"

Periscope est un moyen parmi d'autres. On essaie de faire différemment des autres.

"

Mais comme le souligne les Inrocks

 

"

Pour l’instant, Periscope est plus utilisé par des internautes amateurs qui filment leurs pieds que par des hommes politiques qui diffusent en direct leurs conférences de presse.

"

BONUS TRACK -

Précurseur, Bruno Le Maire et son équipe avaient déjà testé dès le 16 mars une autre application de streaming sur Twitter, en l'occurence Meerkat. En tous points similaires à Periscope, elle a l'avantage d'avoir été lancée un mois avant



Au total, seules deux vidéos ont été réalisées. Trois personnes ont regardé la première, 28 la seconde

Du rab sur le Lab

PlusPlus