Quand Carla Bruni-Sarkozy raconte son "homme"

Quand Carla Bruni-Sarkozy raconte son 'homme'
La Une et deux des 44 pages de photos de Carla Bruni dans le Vogue de décembre.

PREVIEW – Le Lab s’est procuré l’intégralité de la longue interview accordée par Carla Bruni-Sarkozy à Vogue, qui la met à la une de son édition de décembre.

Verdict : tout, tout, tout, vous saurez tout sur sa vie avec "son homme".

  1. 1

    "Il a dévoré le petit garçon qui était en moi"

    C'est certainement un homme avec qui je suis devenue beaucoup plus femme. Parce qu'il a dévoré le petit garçon qui était en moi.

    déclare notamment Carla Bruni dans ses quatre pages d'entretien, entre quarante-quatre pages de photos. Une interview à paraître dans Vogue intitulée "Les sept vies de Carla Bruni".

    La chanteuse se dit "en premier lieu très heureuse avec [son] homme" et revient sur leur rencontre :  

    Quand je l'ai vu, j'ai vu sa peau, j'ai vu ses mains, j'ai vu comment il bougeait, j'ai vu s'en manière de parler ; et j'ai été attiré par lui tout de suite. Pour moi, le fait qu'il soit président, c'était anodin.

    Carla Bruni se prononce "plutôt pour" le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels et explique ainsi l'opposition de Nicolas Sarkozy :

    Mon mari est plutôt contre pour des raisons liées à sa vocation d'homme politique, parce qu'il voit les gens par groupe de milliers plutôt que par groupes de personnes qu'on connaît.

    Carla Bruni-Sarkozy ne comprend pas le désamour des Français pour l'ancien président : 

    Il est vraiment le contraire de la caricature qu'on a fait de lui. Son humanité est passée à la trappe. Il aime profondément l'autre. C'est rare de ne pas être pervers quand on se trouve dans une position de pouvoir : il ne l'est pas.

    Vous voulez avoir des détails sur la vie sexuelle de l'ancien président de la République ? 

    L'ancienne première dame estime que : 

    Le plaisir, pas seulement du sexe - celui de la vie- se précise avec l'âge. C'est plus sophistiqué. Il s'agit moins de quantité que de qualité.

    Le jeune écrivain Arthur Dreyfus, qui réalise l'entretien, pose deux autres questions indiscrètes. 

    Vogue : Depuis le mariage, vous êtes fidèle ?

    Carla Bruni-Sarkozy : "Oui."

    Vogue : Et lui aussi ?

    Carla Bruni-Sarkozy : "Je pense."

    Le reste de l'entretien est plus sage. "Le sommeil à deux c'est capital je crois, surtout dans un mariage" assure ainsi la mannequin qui estime être devenue une bourgeoise. 

    J'aime la vie de famille, j'aime faire tous les jours la même chose. J'aime maintenant avoir un mari. Je suis une vraie bourge ![...] Avec mon homme, oui, je suis vraiment devenue une amoureuse. J'ai fait passer ce qui venait de lui avant.

    [Bonus] Carla Bruni a soulevé l'ire des féministes, une leçon de féminisme par la ministre du Droit des femmes et une rafale de moqueries sur Twitter avec le hashtag #ChereCarlaBruni.

    Motif de cette fronde, une petite phrase issude de cet entretien à Vogue :

    On n'a pas besoin d'être féministe dans ma génération. Il y a des pionnières qui ont ouvert la brèche. Je ne suis pas du tout militante féministe. En revanche, je suis bourgeoise.

    Carla Bruni, qui a répondu aux féministes via une interview mise en ligne mercredi 28 novembre au soir sur le site de Elle.

    Cette phrase est très maladroite et traduit mal ma pensée. Elle aurait dû être rédigée ainsi : "Je n’ai personnellement jamais ressenti le besoin d’être activiste féministe".