Quand Christophe Castaner ne pensait "pas une seconde" que Macron serait élu Président

Publié à 16h12, le 10 août 2017 , Modifié à 07h41, le 11 août 2017

Quand Christophe Castaner ne pensait "pas une seconde" que Macron serait élu Président
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement. © AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Quel est le point commun entre Jean-Vincent Placé, Marine Le Pen, Jean-Christophe Cambadélis, Arnaud Montebourg, François Fillon, Éric Ciotti et Christophe Castaner ? Ils avaient tous pronostiqué la défaite d'Emmanuel Macron à la présidentielle (et il y en a d'autres...)

Que Jean-Vincent Placé fasse encore un pronostic foireux, rien d'étonnant, mais que Christophe Castaner se fourvoie de la sorte, voilà qui est plus original pour celui qui est désormais porte-parole du gouvernement et secrétaire d’État aux relations avec le Parlement.

Au journal Le Monde, ce jeudi 10 août, Christophe Castaner raconte comment il s'est rapproché du ministre de l'Économie, alors qu'il était lui député socialiste. Il déclare :



Au moment où je le rejoins, je ne pense pas une seconde qu’il peut être Président, c’est trop tôt. Mais je fais le pari d’Emmanuel pour casser le PS.






Pari gagnant, donc. Contrairement aux noms cités au début de cet article.

Depuis qu'il est porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner s'est fait remarquer pour son genre direct, frontal. Un style qui fait sa force et sa faiblesse. Ainsi, il est le premier à défendre l'exécutif corps et âme, demandant que l'on cesse le "tir aux pigeons" contre Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, défendant la "pensée complexe" du chef de l'État ou encore venant au secours des néo-parlementaires lâchés dans l'arène politique.

Mais Christophe Castaner est aussi homme à parler trop vite, à juger que la baisse de cinq euros des APL, c'est quand même une "bonne nouvelle", à trouver que Muriel Pénicaud (encore) "n'a pas fait une bonne affaire" en réalisant une plus-value d'environ 1,129 million d'euros, en 2013, vu le cours de l'action Danone aujourd'hui. Et que dire de cette réflexion, lors de la venue de la chanteuse Rihanna à l'Elysée, le porte-parole du gouvernement se disait "un peu déçu, sa tenue était peut-être un poil trop ample".









[BONUS TRACK] Sarkozy "s'emmerde"

Dans ce même article du Monde, Christophe Castaner rapporte les réflexions de Nicolas Sarkozy, croisé à Nice le 14 juillet dernier, pour les commémorations de l'attentat de 2016. L'ancien Président lui lance :

J’ai dit à Macron qu’il avait un bon porte-parole. Je vous vois à la télé ! Je la regarde beaucoup. Vous savez, je m’emmerde !

[EDIT 11/08] La conseillère en communication de Nicolas Sarkozy a démenti les propos rapportés par Christophe Castaner :





#

Du rab sur le Lab

PlusPlus