Quand Laurence Rossignol évoque les "nègres américains" favorables à l'esclavage

Publié à 11h41, le 30 mars 2016 , Modifié à 12h02, le 30 mars 2016

Quand Laurence Rossignol évoque les "nègres américains" favorables à l'esclavage
Laurence Rossignol © FRED DUFOUR/AFP

C'est le plus naturellement du monde que Laurence Rossignol a prononcé le mot "nègre", sur RMC le 30 mars. Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur les grandes enseignes qui se lancent dans la "mode islamique" (burkini, hijabs commercialisés par Uniqlo,...), la ministre des Familles, de l'enfance et des droits des femmes a critiqué des tenues qui "révèlent l'enfermement du corps des femmes". Avant de se lancer dans une comparaison "osée" :

"

Mais bien sûr, il y a des femmes qui choisissent, il y avait des nègres africains… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage.

"

Interrogée par Buzzfeed, la ministre s'est justifiée d'avoir utilisé ce mot plutôt connoté et très chargé historiquement, le "N word" américain qui remplace le terme anglais "nigger" ("nègre") aux Etats-Unis :

"

Le mot nègre est un mot péjoratif qui ne s’emploie plus que pour évoquer l’esclavage en référence à l’ouvrage abolitionniste “De l’esclavage des nègres” de Montesquieu. Il n’y a donc pas de provocation de ma part ni de volonté de choquer. C’est un mot que je n’emploie en aucune autre circonstance. (...) J’ai sous-estimé que la référence n’était pas évidente.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus