Quand Laurence Rossignol évoque les "nègres américains" favorables à l'esclavage

Publié à 11h41, le 30 mars 2016 , Modifié à 12h02, le 30 mars 2016

Quand Laurence Rossignol évoque les "nègres américains" favorables à l'esclavage
Laurence Rossignol © FRED DUFOUR/AFP

C'est le plus naturellement du monde que Laurence Rossignol a prononcé le mot "nègre", sur RMC le 30 mars. Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur les grandes enseignes qui se lancent dans la "mode islamique" (burkini, hijabs commercialisés par Uniqlo,...), la ministre des Familles, de l'enfance et des droits des femmes a critiqué des tenues qui "révèlent l'enfermement du corps des femmes". Avant de se lancer dans une comparaison "osée" :

Mais bien sûr, il y a des femmes qui choisissent, il y avait des nègres africains… des nègres américains qui étaient pour l’esclavage.

Interrogée par Buzzfeed, la ministre s'est justifiée d'avoir utilisé ce mot plutôt connoté et très chargé historiquement, le "N word" américain qui remplace le terme anglais "nigger" ("nègre") aux Etats-Unis :

Le mot nègre est un mot péjoratif qui ne s’emploie plus que pour évoquer l’esclavage en référence à l’ouvrage abolitionniste “De l’esclavage des nègres” de Montesquieu. Il n’y a donc pas de provocation de ma part ni de volonté de choquer. C’est un mot que je n’emploie en aucune autre circonstance. (...) J’ai sous-estimé que la référence n’était pas évidente.

Du rab sur le Lab

PlusPlus